Des exportations pour un développement durable

 
Pays / Territoires

WEDF 2011 - Résumé de l'atelier 3

  • Forum mondial pour le développement des exportations 2011

    ENGAGEMENT DU SECTEUR PRIVÉ AUPRÈS DES PMA POUR UNE CROISSANCE FONDÉE SUR LE TOURISME ET UN DÉVELOPPEMENT DURABLE SOLIDAIRE

    blue line

    Résumé de l'atelier 3 : Impliquer les prestataires femmes dans la chaîne de valeur touristique : ou comment influencer le développement humain et économique

    La plateforme « Action on Sourcing from Women Vendors » (Action en faveur de l'approvisionnement auprès des prestataires femmes) a été créée lors du WEDF 2010, suite à la Table ronde des dirigeants d'entreprises pour l'intégration des femmes dans les chaînes de valeur mondiales. Cette année, la réflexion porte sur un secteur particulier - le tourisme – afin d'étudier ce qui se fait, et peut être fait, pour permettre aux femmes travaillant dans ce secteur de saisir les occasions générées par les initiatives de diversification des fournisseurs.

    L'objectif de l'atelier était de renforcer la confiance des participants dans les actions en faveur de l'intégration des femmes dans les chaînes de valeur mondiales, par des explications sur : 

    • L'intérêt économique de s'approvisionner auprès des prestataires femmes  
    • L'intérêt de s'approvisionner auprès des prestataires femmes en termes de développement 
    • L'importance d'identifier les questions d'égalité entre les sexes au sein des chaînes de valeur 
    • Les nouvelles approches permettant de passer de la stratégie à l'action 

    Les principaux points de la discussion :  

    • Les intervenants ont présenté des preuves et des faits solides, qui soutenaient et confirmaient l'intérêt de s'approvisionner auprès des prestataires femmes. En fait, les multinationales du monde entier telles que Walmart dotées d'un pouvoir d'achat approximatif de 700 milliards de $É.-U. ont inclus ce type d'approvisionnement dans les pays les moins avancés (PMA) dans leurs procédures ordinaires. Les participants ont conclu que les raisons à cela étaient purement liées à l'amélioration de la productivité et de la rentabilité de ce procédé, et qu'elles constituaient la pierre angulaire de la stratégie opérationnelle, commerciale et communicative d'un acheteur. En conséquence, l'intérêt commercial n'est pas seulement ancré dans le tourisme, mais également dans les secteurs connexes, comme l'agriculture. Par exemple, le groupe Marriott achète de l'artisanat et des aliments auprès des prestataires femmes, mais il veut maintenant acheter des bâtiments avec un panel complet de services d'entretien et de restauration. Or, les femmes sont prêtes à la concurrence, elles disposent d'excellentes aptitudes pour l'entreprenariat, elles savent voir de la valeur là où les autres n'en voient pas, surtout lorsqu'il s'agit de créativité, de prestations de service et de qualité de travail. 
    • Les participants ont souligné l'intérêt que présentait ce type d'approvisionnement du point de vue du développement, tant en ce qui concerne le tourisme que les autres secteurs comme l'agriculture ou l'industrie manufacturière. En fait, les femmes des PMA représentent 80 % des travailleurs dans l'agriculture et 72 % dans l'agro-alimentaire (statistiques de l'ONU Femmes). En Ouganda, les femmes représentent 42 % des micro-entrepreneurs du pays. 
    • Les intervenants ont expliqué que les questions spécifiques à l'égalité des sexes au niveau de l'intégration dans la chaîne de valeur et des liens correspondants étaient d'abord liées au fait que les perspectives, défis et priorités des femmes étaient souvent différents, et donc non pris en compte ni factorisés dans l'équation. Qu'en outre, les femmes des PMA étaient souvent confrontées à des contraintes et n'avaient pas la possibilité de participer aux décisions à tous les niveaux de la chaîne de valeur. Ils ont fait ressortir en particulier que l'égalité des sexes n'était pas prise en compte dans la législation, les transactions commerciales, l'intégration au niveau des petites exploitations, la mobilisation des ressources, ni surtout dans la conception ou la mise en œuvre des programmes de développement. Que d'autres contraintes opérationnelles dans la chaîne de valeur étaient liées aux questions soulevées précédemment, par exemple lorsque les femmes n'avaient pas les mêmes droits d'accès aux ressources telles que la terre, la technologie, les crédits, l'éducation et la formation ou les données du marché. 
    • Les participants ont étudié la nécessité de faire entrer en ligne de compte les nouvelles pratiques et stratégies de développement commercial et socio-économique, en se positionnant surtout du point de vue de la chaîne de valeur et des liens commerciaux. L'exemple de l'approche de la chaîne de valeur sensible à l'égalité entre les sexes, élaborée par l'ITC, a été citée comme méthode novatrice pour intégrer les femmes à tous les niveaux et pour associer différents acteurs de la chaîne à différentes opportunités de marché, tant dans le secteur du tourisme que dans d'autres. La nécessité de résoudre tout d'abord les défis d'éducation et de développement humain, ainsi que les questions opérationnelles et d'accès au marché, a été avancée, mais elle doit être adaptée spécifiquement aux femmes. Ct outil permettra aux femmes d'accéder aux responsabilités de l'entreprenariat, qui les aidera à s'épanouir et à adopter de nouveaux rôles améliorés dans la chaîne de valeur. 
    • L'exemple du Vanuatu a été décrit dans le cadre de la nouvelle méthode proposée, car les législateurs avaient reconnu l'implication des femmes et leur avaient donné la possibilité d'accéder aux postes décisionnels et de s'asseoir à la table des négociations et d'affectation des fonds. Le Vanuatu a donné l'exemple en confirmant une affectation des fonds sensible aux questions d'égalité des sexes, par l'intermédiaire du Cadre intégré et optimisé, en attribuant aux femmes au moins 30 % des ressources de niveau 2 des projets liés au développement des entreprises. 
    • L'ONU Femmes s'est référée aux négociations menées avec l'ITC en vue d'un memorandum d'entente pour le renforcement du partenariat entre les deux organisations. L'organisation internationale Business and Professional Women (BPW) a témoigné son intérêt dans une collaboration en faveur de l'intégration des membres du Pacifique au sein des chaînes de valeur. 
    • L'ITC s'est aussi engagé auprès des compagnies Carnival Cruise Lines de Nouvelle-Zélande et d'Australie à constituer un partenariat public-privé visant à intégrer plus de prestataires locaux dans leurs chaînes d'approvisionnement.
  • Événements à venir

    • Loading...