•  home fr
  •  

    Un réseau de «justice commerciale» pour 16 pays africains

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 1/2007 , © Centre du commerce international 

    La société civile peut aider les négociateurs commerciaux à axer davantage leurs positions sur le développement lors des négociations sur le commerce.

    Les organisations de la société civile (OSC), médias et organisations de femmes inclus, peuvent aider l'Afrique dans sa quête d'un système commercial international équitable, selon les participants de ces institutions à un atelier du Programme intégré conjoint d'assistance technique (JITAP) organisé à Accra (Ghana). En novembre 2006, les représentants de 16 pays africains ont débattu de l'impact sur le développement des questions en jeu sur la table des négociations de l'OMC. Des experts du CCI, de la CNUCED et de l'OMC ont fourni une analyse et des informations sur l'état d'avancement des négociations du Programme de Doha.

    Suite à ces discussions, les participants ont décidé de créer un réseau panafricain consacré au commerce et au développement à l'intention des OSC. Ils ont confié sa création au Président du Mouvement national des consommateurs du Cameroun.

    Recherche et sensibilisation



    Les OSC peuvent jouer un rôle actif dans les négociations commerciales en produisant des documents de recherche pour les étayer. En parallèle, les médias africains doivent mieux rendre compte du commerce, expliquer les enjeux des négociations et rapporter aux négociateurs le point de vue des personnes affectées.

    Seth Evans Addo, Directeur en chef du Ministère ghanéen du commerce, de l'industrie, du développement du secteur privé & des initiatives spéciales du Président, a souligné que les médias et les OSC doivent promouvoir le développement. «Le commerce international ayant un impact sur la vie de nos populations,» a-t-il dit «les médias africains doivent se garder de passer au second plan les questions liées au système commercial mondial.»

    «Les OSC peuvent faire bouger les choses dans de nombreux secteurs commerciaux, économiques et sociaux par des campagnes, un lobbying et la diffusion d'informations,» M. Addo a ajouté qu'elles «devraient chercher à s'impliquer plus dans les activités de l'OMC pour instaurer davantage de 'justice sociale' plutôt que de démanteler le processus.»

    Des obstacles freinent la participation des OSC: pénurie d'informations sur le système commercial international, méconnaissance des concepts et de la terminologie utilisés lors des négociations de l'OMC et insuffisance de la capacité à analyser l'impact des négociations commerciales.

    Pour surmonter ces problèmes, les participants ont reconnu que les OSC et les médias doivent devenir membres à part entière des comités nationaux interinstitutionnels créés dans le cadre du JITAP dans l'objectif de coordonner les positions nationales de négociation à l'OMC. Ils peuvent contribuer au travail des comités et être informés de l'état d'avancement des négociations.

    En 2007, le JITAP organise une «semaine portes ouvertes» sur le système commercial multilatéral pour les points focaux nationaux et autres parties prenantes aux négociations commerciales dans chaque pays partenaires afin de mieux diffuser l'information sur les questions relevant de l'OMC. 

    Pour plus d'information, contactezRoswitha Franz, CCI, Conseillère au point focal du JITAP ouAbdelkrim Ben Fadhl, Coordinateur du JITAP. 


recherche