•  home fr
  •  

    En quête d'un nouveau leadership

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 1/2009

    Alors que le monde développé s'enfonce dans la crise financière, un véritable vent de panique et de désespoir s'abat sur les gouvernements et les institutions financières de la planète. Les informations contradictoires témoignent de  l'incapacité générale à appréhender les conséquences du cataclysme.

    L'incertitude qui pèse sur les investisseurs et les consommateurs s'est traduite par une contraction massive de la demande: effondrement sans précédent depuis 60 ans du commerce mondial; repli de l'investissement étranger direct; baisse du prix des matières premières; érosion des transferts de fonds; et pénurie de financement du commerce. 

    En fait, la crise a changé la vie de chacun d'entre nous. Le mandat de l'ITC reste quant à lui intact: venir en aide aux entreprises des pays en développement et à ceux qui les soutiennent via les institutions régionales et nationales d'appui au commerce, afin non seulement qu'elles traversent la crise sans encombres mais se construisent également un avenir meilleur.

    Les pays en développement sont confrontés à d'énormes défis, qui ne doivent cependant pas occulter les opportunités. Les pays et les entreprises doivent se recentrer sur les priorités susceptibles d'améliorer leur compétitivité et se préparer à la réouverture des marchés.

    Les articles de cette édition se focalisent sur la crise, ses causes et ses remèdes potentiels. Il reflète la détermination de l'ITC à améliorer le sort des entreprises des pays en développement, si souvent dédaignées en période de turbulences.

    Les signes encourageants se sont multipliés récemment lors de la réunion du G20 qui a réitéré l'engagement de voler au secours des pays en développement. Le Ministre d'État du Royaume-Uni et d'autres contributeurs expliquent la portée de cette avancée, son impact sur chacun d'entre nous et la répartition des responsabilités pour concrétiser cet engagement.

    Pour l'instant, on craint un retour du protectionnisme. Les effets à long terme seraient désastreux. Les pays et les entreprises devraient plutôt renforcer leur capacité d'intelligence commerciale, qui contribue à fournir des informations qualitatives sur les marchés de niche en période de crise; à créer des mécanismes d'assurance de qualité pour se différencier sur un marché donné; et à investir dans le développement d'entreprises dirigées par une femme.

    Le financement du commerce a un rôle essentiel à jouer dans la relance de l'économie. Les gouvernements, de concert avec le secteur bancaire, doivent fermement s'engager à maintenir le flux de crédit. La position de leadership de l'Organisation mondiale du commerce à ce niveau ne nous a pas échappé.

    S'il est utile de savoir pourquoi la machine s'est grippée, il faut également méditer sur les recettes gagnantes. Découvrez la contribution exemplaire de l'industrie touristique au développement durable.

    Les pays et les entreprises qui privilégient les pratiques durables émergeront des crises mieux armés. Il est de notre responsabilité de tirer les leçons de la débâcle et de bâtir une plate-forme commerciale plus forte pour soutenir les petites entreprises de la planète.

    Tel est notre engagement à l'ITC.

    Patricia Francis
    Directrice exécutive


recherche