•  home fr
  •  
  • Numéro 2/2002

                                                                                                                                                      2-2002 

  •  
  • L'Australie s'engage dans un projet ambitieux en vue de doubler le nombre des exportateurs australiens d'ici à 2006 et d'accroître l'appui de la communauté au commerce international en la sensibilisant aux avantages issus de l'investissement et du commerce.

    Quelle est la meilleure manière, pour les OPC, de contribuer au développement du commerce et à la réduction de la pauvreté? Comment peuvent-elles renforcer la compétitivité nationale dans le contexte actuel en rapide mutation?

    Le CCI et l'Université de commerce international et d'économie (UIBE) (Beijing) ont signé un mémorandum d'accord (MdA) dans l'objectif conjoint de concevoir, développer et donner des cours de formation commerciale pour préparer les entreprises à l'entrée de la Chine à l'OMC. À la suite d'une série d'échanges entre la section du CCI de la formation commerciale et l'université chinoise, une délégation de ce pays, conduite par le Président de l'UIBE, M. Chen Zhunmin, a rencontré le Directeur exécutif du CCI, J. Denis Bélisle, à Genève en avril 2002, afin de signer le MdA.

    Au sein d'un environnement commercial turbulent, les innombrables occasions d'affaires vont trouver preneur grâce à l'intensité de la compétition. La position des acheteurs se renforce et la compétitivité des exportateurs devient toujours plus déterminante pour leur réussite. Dans ce contexte, les organisations de promotion du commerce des pays en développement et en transition doivent se recentrer sur la compétitivité pour mener les exportateurs de leurs pays vers le succès.

    L'âge de l'information signifie notamment nouveaux processus commerciaux, rapidité et choix accrus. Surtout, cela signifie internet. Tant les firmes que les particuliers peuvent y trouver abondance d'information. Étonnamment, ils sont nombreux à se tourner vers les sites gouvernementaux pour obtenir des renseignements fiables. Aux États-Unis, un tiers des usagers du net y cherchent des débouchés commerciaux.

    Comment les OPC répondent-elles aux difficultés inhérentes aux turbulences qui agitent aujourd'hui l'environnement commercial? Parmi les solutions adoptées: des campagnes de sensibilisation sur les bénéfices socioéconomiques de l'exportation, des programmes à large rayon d'action pour les PME, l'exploitation des technologies visant à améliorer les services et à étendre les réseaux, de nouveaux mandats ou partenariats dans le cadre de la promotion des investissements, et la réforme des institutions pour mieux répondre aux besoins de la clientèle.

    Les OPC sont confrontées à de nombreuses difficultés dues à un contexte dynamique et changeant. Pourtant, il existe des possibilités de «rénover et réinventer» pour rester en phase. C'est le cas de l'OPC de Hong-Kong: après quelques années difficiles, le Bureau du développement et du commerce de Hong-Kong (TDC) peut à présent prévoir l'explosion des exportations, en raison de l'accession de la Chine à l'OMC. Pour mieux soutenir les exportateurs, le TDC va procéder à des aménagements dans son organisation tout en conservant ses forces.

    Les tendances mondiales de l'investissement étranger, la restructuration des activités, la diffusion des règles du commerce international et l'accessibilité instantanée de l'information commerciale sur l'internet sont autant de facteurs qui incitent JETRO à porter son regard au-delà des frontières nationales.

    Le Gouvernement allemand fera don de € 2,4 millions (soit environ US$ 2,2 millions) au Programme de réduction de la pauvreté par l'exportation du CCI. Ce financement se fera de 2002 à 2006.

    «La 4e Conférence mondiale des OPC est survenue au bon moment; elle s'est concentrée sur les bonnes questions, auxquelles nous devons tous répondre. Il semble qu'il existe un consensus sur le fait que:les OPC doivent renforcer, redéfinir et faire mieux connaître leur rôle;les OPC doivent constamment se réinventer et avoir des échanges plus étroits entre elles, etles OPC doivent mieux articuler les liens entre le commerce, l'investissement et le développement socioéconomique.J. Denis Bélisle Directeur exécutif du CCI Extrait de l'allocution de clôture 4e Conférence mondiale des OPC Beijing, Chine, mai 2002

    Accord entre la Chine et la Côte d'Ivoire À l'occasion de la 4e Conférence mondiale des OPC à Beijing, l'Association pour la promotion des exportations en Côte d'Ivoire (APEX-CI) et le Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT) ont signé un accord de partenariat le 17 mai 2002, date du 50e anniversaire du CCPIT. L'accord, paraphé par Guy M'Bengue, Directeur général de l'APEXCI, et Liu Wenjie, Vice-Président du CCPIT, prévoit de nombreux contacts et l'échange d'information entre les deux pays, la coopération entre leurs milieux industriels et commerciaux, la mise en place de programmes pour les collaborateurs des deux institutions, et l'échange d'experts.

    Le CCI et l'OMPI ont organisé conjointement un séminaire ayant pour thème "L'art africain contemporain et le marché international" lors de la biennale DAK'ART 2002.

    Pour la troisième année consécutive, le CCI a aidé les entreprises des pays en développement et en transition spécialisées dans les TI à participer à la Semaine européenne des technologies de l'information (SETI, Paris, mars 2002). Cette manifestation internationale regroupe 12 foires commerciales, 145 000 visiteurs de la profession et plus de 1500 exposants.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2002 Lors des manifestations citées ci-dessous se tiennent des conférences ou des séminaires qui offrent un excellent forum aux acteurs du secteur pour partager leurs connaissances. Natural Products Expo West est le plus grand salon nor

    «Rester dans le coup», telle est l'expression maîtresse de ce numéro de Forum. En cette période mouvementée pour le commerce, quelle orientation les organisations de promotion du commerce (OPC) devraient-elles prendre en vue d'aider leurs clients à rester compétitifs et adaptés?

    Réseaux La 3e Conférence mondiale des OPC (Marrakech 2000) a mis l'accent sur la nécessité pour les OPC de former des réseaux régionaux et internationaux en vue de partager leurs expériences et de trouver des solutions communes pour faire avancer leur pays. Lors de la 4e Conférence mondiale, les participants ont voulu connaître des exemples concrets de partenariats et d'échanges entre OPC.

    Le train du numérique se trouve déjà sur la voie express. Cependant, de nombreuses firmes des pays en développement demeurent réticentes à s'y embarquer, en raison notamment des coûts élevés, des difficultés d'accès et d'un manque de confiance face au changement au niveau des compétences, de la structure et de l'approche. Les OPC doivent se réorganiser à l'interne et offrir de nouveaux services pour aider les PME à combler le fossé numérique. Elles doivent aussi coopérer plus étroitement entre elles.

    Les aliments biologiques sont produits dans le respect des processus biologiques et écologiques. L'agriculture biologique se fonde sur une conception holistique qui ne considère pas la nature comme des éléments uniques et dispersés qui peuvent être séparés les uns des autres. Les principes de l'agriculture biologique ont pour origine l'écologie, la science qui étudie les relations entre les organismes vivants et leur environnement. Ce concept recouvre aussi les aspects économiques et sociaux de la production agricole, aux niveaux local et mondial.

    Les nouvelles tendances au sein du commerce international signifient que les OPC doivent changer. Le Centre coréen du commerce extérieur et des investissements (KOTRA) s'est penché sur ce qui est essentiel à ses yeux: les besoins de ses clients. Séduire une nouvelle clientèle, augmenter les services en ligne, décentraliser les activités pour renforcer sa présence sur le terrain, telle est sa nouvelle orientation.

    Lors de la réunion annuelle du Groupe consultatif commun (Genève, 15-19 avril 2002), le CCI a concentré toute son attention sur l'appui au Programme de Doha pour le développement. Les activités futures du CCI tiendront compte de ce programme.

    International Enterprise Singapore, ou IE Singapore, est le nouveau nom de l'OPC de Singapour. Il reflète une nouvelle mission: aider les compagnies sises à Singapour à réussir à l'extérieur.

    Le CCI a accueilli le premier séminaire de formation en commerce électronique (Genève, juin 2002), lors du lancement de l'initiative «Winning with the Web» (Gagner grâce au web) destinée à informer les cadres de PME sur le commerce électronique. La formation proposait des exemples concrets de la façon dont les technologies de l'information et de la communication (TIC) peuvent améliorer la compétitivité et les résultats commerciaux des PME, ainsi que des modèles. Cette initiative est née lors des réunions d'inauguration du programme E-Trade Bridge au Kenya et au Viet Nam, car de nombreux dirigeants d'entreprise étaient incapables d'évaluer les avantages que leur apporteraient les TIC pour l'amélioration de leur compétitivité internationale. Ils ne savaient pas non plus comment démarrer dans le commerce électronique.

recherche