•  home fr
  •  
  • Numéro 2/2001

                                                                                                                                                      2-2001 

  •  
  • A Bombay, en Inde, le Département de la science et de la technologie a démarré un projet pilote de gestion intégrée des déchets. Une usine prototype de «pelletisation» de combustible a été mise en marche à partir d'intrants locaux.

    Bien que généralement méconnus, au cours de ces 20 dernières années, les technologies, les produits et les services liés à l'environnement ont tellement augmenté qu'ils rattrapent les industries aérospatiale et pharmaceutique, soit un marché mondial de US$ 450 milliards en l'an 2000. D'ici à 2010, il est estimé que ce secteur va parvenir à US$ 640 milliards. Les marchés en développement et en transition représentent plus de 15% de ce total.

    Les accords de l'OMCL'OMC n'a pas négocié d'accord spécifique concernant l'environnement. Toutefois, certains accords incluent des clauses relatives à des préoccupations environnementales. La préoccupation croissante des mesures liées à l'environnement est relativement récente. C'est à la fin du Cycle d'Uruguay, en 1994, que les ministres du commerce des pays participants ont décidé de mettre en place un programme de travail global consacré au commerce et à l'environnement. Ils ont créé ainsi le Comité du commerce et de l'environnement. Les questions qu'il traite sont les suivantes.

    Les activités du CCI relatives à l'environnement sont directement liées aux intérêts et aux besoins de nos principaux clients, soit les milieux d'affaires des pays en développement et des économies en transition et les institutions d'appui au commerce au service de cette communauté. Le CCI ne possède pas de programme qui traite spécifiquement de l'environnement; il agit néanmoins par le biais de ses nombreuses activités et publications ainsi qu'avec ses services d'information touchant ce secteur.

    - La gestion durable des forêts est «la gérance et l'utilisation des forêts et des terrains boisés, d'une manière et à une intensité telles qu'elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes, aux niveaux local, national et mondial; et qu'elles ne causent pas de préjudices à d'autres écosystèmes». (Définition selon la Déclaration de la Conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe, Helsinki 1993.)

    Les déchets ménagers sont placés sur les pas de porte pour être recueillis par les camions à ordures.

    Les exportations de bois à valeur ajoutée ont un avenir prometteur. La valeur des exportations de bois manufacturé des pays producteurs membres de l'Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT) s'élevait à presque US$ 4,2 milliards en 1996-1997, soit la plus haute que les statistiques COMTRADE aient enregistrée jusqu'à présent. L'année suivante (1998) a connu une baisse de 17% à US$ 3,5 milliards. Malgré le manque de données complètes pour 1999, il est estimé que ces exportations se sont stabilisées. Certains pays ont expérimenté une bonne croissance en 1999-2000.

    Le marché global des logiciels relatifs à l'environnement était estimé à près de US$ 1,8 milliard en 1995, dont US$ 1,14 milliard étaient destinés aux services et conseil. Quels sont les instruments de technologie de l'information auxquels un ingénieur consultant peut avoir recours pour être compétitif sur le marché des services environnementaux? Bref aperçu.

    L'emballage représente un secteur vital pour toute économie. Il consomme en effet d'importantes quantités de ressources. Comme la durée de vie d'un emballage est souvent limitée, ces ressources (matériaux et énergie) sont considérées parfois comme perdues. Il en résulte une pression accrue en vue de diminuer le volume des emballages et de les réutiliser, ou au moins de les recycler en récupérant des matériaux et en économisant de l'énergie. La prise de conscience de la nécessité de planifier un avenir durable favorise un climat de changement spectaculaire dans ce domaine.

    La certification volontaire de la gestion des forêts et les méthodes d'étiquetage du bois qui y sont associées sont progressivement acceptées comme moyen d'aider les marchés à contribuer à la conservation des forêts vierges tropicales ou autres.

    Il est utile de prendre en compte les questions liées à l'environnement lors de l'approvisionnement, en vue de réduire les coûts totaux et d'augmenter la compétitivité de l'entreprise.

    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2001 De gauche à droite: J. Denis Bélisle, Directeur exécutif, CCI; Alec Erwin, Ministre du commerce et de l'industrie, Afrique du Sud; Cedric M. L. Savage, Président exécutif, The Tongaat-Hulett Group, Afrique du Sud, et Niall

    En l'an 2000, le CCI a obtenu un prix de la Banque mondiale lors du concours Marché du développement, qui vise à inciter des idées novatrices en vue de la diminution de la pauvreté (voir Forum N° 1/2000). Le projet récompensé, «Empowerment of Rural Communities to Export Organic Spices from India», se sert des Villages producteurs à l'exportation pour organiser de petits producteurs d'épices, créer des partenariats avec les ONG locales et, enfin, fournir l'accès pour ces villages à des marchés d'exportation de valeur pour les produits biologiques.

    Les plus grands distributeurs mondiaux de produits en bois adoptent toujours plus souvent des décisions en faveur des produits en bois certifié et communiquent clairement leur position.

    L'environnement et le commerce représentent un défi à relever pour l'OMC. Les rares données statistiquement fondées rendent la tâche encore plus difficile. Une étude pionnière, bientôt sous presse, essaie de mêler les chiffres au débat. Pour ce faire, les instruments d'analyse de marché du CCI ont été mis à profit, ainsi que des renseignements sur les obstacles au commerce issus de la base de données COMTRADE et de celle de la CNUCED.

    Ce numéro est consacré au commerce et à l'environnement. Notre propos est de vous encourager à songer au respect de l'environnement lors de vos activités de développement commercial international.

    Autrefois, l'emballage était surtout utilisé pour le transport des marchandises, en particulier les aliments, de leur lieu de fabrication jusque chez le consommateur. Plus tard, il devint essentiel à la conservation des aliments pour des périodes plus longues. Son évolution a continué; il a ainsi servi pour contenir toutes sortes de marchandises vendues au long de chaînes de distribution toujours plus variées.

    Un emballage répondant au mode de consommation moderne, conçu pour mettre en valeur et protéger des marchandises et les proposer sur les rayons d'un magasin, n'est peut-être pas fonctionnel dans des pays comme le Zimbabwe, où par exemple les lecteurs de codes-barres sont le plus souvent absents des magasins de détail. Des manipulations supplémentaires, causant des dommages au produit et à son emballage, peuvent alors se produire puisqu'il a fallu marquer le prix sur chaque produit avant de le disposer dans les étalages. Cela signifie que les fabricants locaux préfèrent souvent des emballages plus robustes, généralement moins beaux et plus chers.

recherche