•  home fr
  •  

    Votre réseau d'appui au commerce fonctionne-t-il? - Liste de contrôle à l'intention des responsables stratégiques

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2002

    Le Forum exécutif sur les stratégies nationales d'exportation se déroule sous la forme de débats sur les «meilleures pratiques» entre les responsables stratégiques des pays en développement et les économies en transition. Chaque équipe comprend un expert du secteur public et un représentant des milieux d'affaires. Après un travail de recherche, les propositions sont présentées par le CCI et discutées lors de séances plénières puis d'ateliers plus ciblés.

    À ce propos, il a été défini que le réseau d'appui au commerce est constitué par les institutions, des secteurs public et privé, qui s'engagent à assurer que: 1) l'environnement commercial national soit propice au développement de la compétitivité internationale, et 2) tout service d'appui commercial soit prêté aux candidats à l'exportation ainsi qu'à leurs concurrents.

    Aucun modèle de réseautage n'est universellement applicable. Toutefois, des conclusions exprimées à Montreux ont été à l'origine d'un aide-mémoire des principes de base à partir desquels les responsables nationaux peuvent évaluer assez précisément si leur réseau d'appui au commerce fonctionne de manière satisfaisante.

    Mon réseau fonctionne dans le cadre d'une stratégie de développement des exportations qui détermine les priorités et les objectifs.

    Sans lignes directrices stratégiques connues de toutes les institutions engagées dans la prestation de services d'appui au commerce, l'efficacité d'un réseau peut être remise en question. En effet, chaque élément du réseau doit avoir intégré une vision commune et œuvrer dans la même direction.

    Mon réseau comprend des décideurs issus d'organismes du secteur public qui tiennent compte des facteurs déterminants de la concurrence internationale.

    Pour assurer la durabilité des résultats à l'exportation, les services d'appui au commerce offerts directement par les milieux d'affaires doivent être étayés par des stratégies favorables à l'exportation. Les tâches gouvernementales liées au travail et l'éducation doivent aussi apporter un soutien marqué aux efforts nationaux pour exporter. Des consultations régulières entre l'équipe chargée de la stratégie nationale d'exportation et les responsables d'autres ministères ou départements se révèle essentielle pour que le réseau national d'appui au commerce puisse agir dans un environnement stimulant.

    Mon réseau est assez flexible pour offrir différents types et combinaisons de services d'appui au commerce aux diverses catégories de clients.

    Il ne faut pas négliger la segmentation de la clientèle, au vu de la ultiplicité des services demandés par les différents types d'exportateurs. La spécialisation au sein du réseau a donc toute son importance. Classer les clients par priorités compte également pour une catégorie de clients, car certaines opérations devront se faire dans un réseau pointu et logique.

    Mon réseau est tout à fait réceptif.

    La limitation des ressources impose que le réseau se concentre sur les services à des catégories spécifiques de clients (par exemple les entrepreneurs qui exportent déjà, les nouveaux exportateurs ou les exportateurs potentiels). Parmi les priorités données par la stratégie nationale d'exportation, l'accent doit porter sur la satisfaction de demandes de services spécifiques de certaines catégories de clients préférentiels. L'expérience indique que les besoins ont principalement trait à l'information et au financement. Si le réseau répond de façon adéquate, il grimpe d'un échelon dans l'échelle de l'efficacité: il assied sa crédibilité au sein de la communauté des affaires. Si le réseau ne peut pas satisfaire la demande d'un client, il n'aura pas assez de poids pour convaincre les clients de recourir aux services dont ils ont vraiment besoin (par exemple le développement des compétences).

    Mon réseau possède un système de références efficace.

    La spécialisation et la capacité de réponse d'un réseau exigent qu'il maintienne un système de références grâce auquel les clients peuvent être orientés vers les membres compétents et rapidement recevoir l'attention voulue. Les modèles suggèrent qu'un premier guichet d'information est plus réaliste qu'un guichet unique multiservice. Idéalement, le guichet d'information se concentrerait sur les renseignements et les aspects financiers, ou les deux à la fois, et les assisterait à faire le point sur leur préparation à exporter pour ainsi déterminer leurs besoins en fonction de leur compétitivité et coordonner leur recours à des organismes spécialisés du réseau.

    Mon réseau donne la priorité aux questions et aux normes relatives à la gestion de la qualité.

    La qualité et les normes deviennent déterminantes pour la compétitivité et pour la position de l'entreprise dans la chaîne de valeur internationale. Un engagement dynamique des institutions de normalisation nationales est primordial pour le réseau d'appui au commerce. Si l'on veut asseoir sa compétitivité internationale, un système de certification et de contrôle de la qualité reconnu au plan international devient nécessaire. Toutefois, une approche progressive pour développer l'infrastructure complète garantissant l'assurance de la qualité s'impose, étant donné sa complexité et les frais mis en jeu. Des mesures d'incitation devraient être prises pour encourager les exportateurs à obtenir une certification internationale.

    Mon réseau répond aux exigences de l'exportation de services.

    Les échanges internationaux de services aux entreprises expérimentent une croissance accélérée et dans ce domaine existent d'énormes débouchés pour les sociétés sises dans les économies en développement et en transition. Les exportateurs de services ont besoin d'autres types de soutien. Le réseau national d'appui au commerce doit développer des programmes spéciaux pour répondre à ce type de nécessités. La création d'une association nationale d'exportateurs de services est probablement la première démarche à faire, dans le dessein de gérer l'information de base, la coordination et les fonctions de représentation.

    Mon réseau s'occupe du développement des compétences.

    Les entrepreneurs et les exportateurs pensent posséder les compétences nécessaires à leur réussite. Souvent, ils se trompent. Le réseau national d'appui au commerce ne devrait pas seulement avoir la capacité de former les responsables de l'exportation, mais aussi celle de susciter la demande de formation. Offrir et promouvoir effectivement une formation appliquée s'est révélé être la meilleure méthode. Des liens étroits entre les branches du réseau chargées de l'information et de la formation sont fondamentaux.

    Mon réseau donne la priorité au développement des compétences nationales.

    Au sein des réseaux nationaux d'appui au commerce, la tendance est de se concentrer sur les questions liées à l'extérieur, telles que l'information sur les marchés, l'identification des acheteurs et l'accès aux marchés. L'accent est mis sur les exportateurs et les secteurs d'exportation confirmés. Néanmoins, pour que le réseau fonctionne correctement, il faut qu'il tienne également compte de questions nationales, comme le développement des capacités à exporter, l'augmentation de la valeur ajoutée, la diminution des coûts des transactions, l'accélération du processus d'internationalisation, le soutien aux nouveaux venus sur la scène de l'exportation et le renforcement des compétences. Accorder la priorité aux questions nationales exige un revirement dans l'attitude des stratèges concernés.

    Mon réseau s'occupe de la promotion de l'investissement national.

    La promotion de l'investissement, notamment de l'investissement étranger, représente un facteur clé pour le réseau d'appui au commerce. Indépendamment du fait que la promotion et l'investissement proviennent d'une ou de plusieurs agences, il faudrait que les activités promotionnelles du réseau comprennent un investissement en vue d'améliorer la compétitivité des entreprises exportatrices (coentreprises, opérations de soutien technologique et commercial), ainsi que la promotion de l'investissement étranger direct dans des projets «verts».

    Mon réseau s'attache à simplifier la chaîne de l'approvisionnement des exportateurs locaux et à fortifier leur position le long de la chaîne de valeur des acheteurs internationaux.

    Les bons réseaux cherchent à réduire la complexité et la durée dans la chaîne de l'approvisionnement des exportateurs. Cela englobe la facilitation du commerce, l'assistance dans la recherche et la gestion des matériaux, et la livraison et la logistique après la transaction. Cela consiste également à améliorer le profil de l'exportateur dans la chaîne de l'approvisionnement internationale. Le soutien en vue de développer les compétences dans le domaine du commerce électronique est essentiel pour les deux chaînes de l'approvisionnement.

    Mon réseau est géré comme une entreprise.

    Dans la plupart des cas, les services d'appui au commerce n'arrivent pas à s'autofinancer. Dans les milieux d'affaires, la demande d'information, de formation, de conseil, etc., et la capacité de les payer sont trop limitées tant pour le réseau global que pour les organismes d'appui au commerce pris séparément. Toutefois, un réseau devrait fonctionner selon des principes d'efficacité et selon la clientèle. Faire payer pour les services, directement ou indirectement, établit les fondements d'un rapport d'affaires avec les clients. Chaque membre d'un réseau devrait s'efforcer de maintenir ce type de relation.

    Mon réseau présente une coordination efficace.

    Tandis que le réseau doit se maintenir flexible, tant sur le plan de l'approche que sur celui de sa structure, chacun de ses membres travaillant avec un haut degré d'autonomie, il faut maintenir la cohésion. La stratégie nationale d'exportation répond pour une partie à cette exigence, la coordination se charge de l'autre. En effet, la coordination représente précisément le rôle de l'agence nationale de promotion du commerce qui devrait idéalement fonctionner comme premier guichet d'information et comme centre de référence. Une coordination effective exige du réseau qu'il possède les compétences, les capacités de coopération et les liens dans le domaine électronique.

    Mon réseau fait l'objet d'évaluations.

    Il est difficile d'évaluer la contribution des services d'appui au commerce à la compétitivité. Il existe peu d'outils pour mesurer les effets directs des activités du réseau sur les résultats commerciaux. Il faudrait pourtant chercher à déterminer objectivement ces résultats et à évaluer leurs incidences. Cela donnerait une base pour prendre des décisions concernant le réseau et prévoir des adaptations et mises au point.

recherche