•  home fr
  •  

    Un emballage respectueux de l'environnement

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2001

    Il faut penser aux avantages et aux inconvénients du matériel d'emballage pour l'environnement: ici, des rouleaux de papier.

    Autrefois, l'emballage était surtout utilisé pour le transport des marchandises, en particulier les aliments, de leur lieu de fabrication jusque chez le consommateur. Plus tard, il devint essentiel à la conservation des aliments pour des périodes plus longues. Son évolution a continué; il a ainsi servi pour contenir toutes sortes de marchandises vendues au long de chaînes de distribution toujours plus variées.

    L'emballage aide à prolonger la durée de vie d'un produit stocké en constituant une barrière protectrice, ralentissant ainsi sa détérioration. Il est de plus en plus demandé de conserver «naturellement» des denrées alimentaires non transformées et non traitées importées de partout dans le monde, de sorte qu'elles satisfassent le désir croissant de produits frais.

    Outre la fonction de contenir et de préserver, l'emballage doit également remplir le rôle important de communication entre le fabricant/vendeur et le consommateur. Dans les supermarchés où les marchandises sont habituellement exposées à côté de produits concurrents, l'emballage devient un élément de marketing. Il devrait donc attirer l'attention du consommateur potentiel. Autre fonction enfin: apporter des renseignements légaux. En obéissance à la loi, la plupart des boissons et autres produits alimentaires et pharmaceutiques doivent porter sur leur emballage des indications clairement compréhensibles pour le consommateur. L'emballage doit encore répondre à d'autres exigences émises par les différentes parties concernées, dont une d'importance est de pouvoir être éliminer proprement pour l'environnement.

    Le recyclage des matériaux d'emballage

    Les principales catégories de matériaux d'emballage sont le papier et le carton, le verre, l'acier (notamment le fer-blanc), l'aluminium, le plastique, le bois, le jute et le bambou.

    Le papier et le carton

    Les avantages principaux du papier et du carton sont leur bas prix par rapport à leur rigidité et leur potentiel promotionnel dû au fait qu'on peut imprimer dessus. Ils possèdent aussi une bonne acceptation car ils sont biodégradables et leurs constituants sont réutilisables.

    Ces propriétés sont exploitées au maximum lors de la fabrication du carton ondulé, qui donne un taux élevé de résistance par rapport à son poids et une rigidité alliée à une bonne résistance aux chocs. Le cartonnage convient parfaitement aux emballages très colorés et visuels, largement utilisés pour donner une image de qualité.

    Papier et carton ne forment cependant pas un obstacle aux gaz et perdent leur force et leur rigidité avec l'humidité. Ils doivent ainsi être recouverts d'une matière imperméable pour acquérir cette qualité. Il devient alors difficile et coûteux, mais pas impossible, de recycler ces matériaux et de les réutiliser.

    Pour corriger ce défaut, l'industrie de l'emballage a par exemple développé des façons de réutiliser les déchets des emballages de boissons composés de carton, d'aluminium et de polyéthylène.

    Le papier et le carton sont tous deux fabriqués à partir des fibres de cellulose qui proviennent principalement du bois. Les matières premières constituant le papier et le carton comprennent des billes et des dérivés de l'industrie du bois comme la sciure, ainsi que des fibres recyclées de journaux, revues, livres et autres.

    En réalité, le recyclage n'est pas si simple et présente de nombreuses difficultés techniques. Les additifs, encres et recouvrements utilisés pour améliorer les caractéristiques fonctionnelles du papier rendent ce dernier difficile à retravailler. Il est par exemple quasi impossible de recycler du carton ondulé s'il a été ciré ou recouvert d'un film plastique. De plus, le papier et le carton ne peuvent pas être recyclés à l'infini, car les fibres finissent par se détériorer et leur longueur diminue à chaque refaçonnage. Les bandes adhésives utilisées avec ces matériaux peuvent en outre boucher les équipements de recyclage.

    Le verre

    Produire du verre à partir des matières premières habituelles, le sable et la soude, nécessite beaucoup d'énergie au départ. Au contraire, pour la fabrication de nouveaux récipients et bouteilles, le verre recyclé requiert nettement moins d'énergie; il est donc préférable du point de vue de l'économie des ressources. Les désavantages de cette matière en sont le poids et la fragilité, ainsi que sa vulnérabilité aux brusques changements de température. Les contenants pour les boissons et les aliments, qui représentent la majeure partie des emballages en verre, sont en général blancs, verts ou bruns; ils sont aussi la principale source pour le recyclage. La variation des couleurs et la contamination avec des particules de céramique sont à l'origine des difficultés rencontrées lors du recyclage de débris de verre.

    Cependant, la quantité de déchets de verre surpasse la demande. C'est pourquoi d'autres applications ont été découvertes en dehors de l'emballage; le verre usagé peut être utilisé comme matière première dans l'industrie de la construction.

    L'acier

    L'acier est habituellement recyclé partout dans le monde; en effet, les 40% des déchets d'acier entrent dans la fabrication de nouveaux produits en acier. Chaque boîte

    contient en moyenne 25% d'acier recyclé.

    Du point de vue de l'écologie, son avantage principal par rapport aux autres matériaux d'emballage est qu'il peut être séparé facilement et à moindre coût des mélanges de déchets grâce à l'utilisation d'aimants. On peut économiser jusqu'à 50% d'énergie en mélangeant une certaine proportion de déchets avec de l'acier vierge. Les déchets de tôle étamée quant à eux peuvent être récupérés à 100% pour des applications autres que l'emballage.

    L'inconvénient majeur de l'acier est que, comme pour le verre, il s'agit d'un matériau lourd avec peu de valeur intrinsèque. De plus, seul un pourcentage minime de déchets d'acier et de tôle étamée peut être récupéré pour la fabrication de boîtes. Le recyclage des boîtes en acier est donc moins viable que celui de l'aluminium par exemple.

    L'aluminium

    L'aluminium est un matériau idéal pour le recyclage. Il possède une valeur intrinsèque élevée, par conséquent une valeur en tant que déchet. Il existe donc une forte motivation pour récupérer ce métal des déchets d'emballages. Il vaut donc la peine de collecter et de recycler l'aluminium pour son utilisation pour les emballages.

    Le fait que le recyclage ne dégrade pas l'aluminium signifie qu'une nouvelle boîte en aluminium peut être faite à partir d'un matériau 100% recyclé. Cela a permis la création d'un système de circuit fermé: c'est le seul matériau d'emballage possédant cette caractéristique.

    Le plastique

    Les plastiques représentent le groupe de matériaux les plus polyvalents. Cela est dû au fait qu'ils sont fondamentalement des produits chimiques aptes à être modifiés en vue de la fabrication d'une large gamme d'emballages et autres produits.

    Le PET (polyéthylène-téréphtalate) est fréquemment utilisé comme matériau d'emballage recyclé, notamment pour les bouteilles. Ces dernières sont produites par formage par injection sur moule, un procédé qui renforce le matériau lorsqu'il l'étire. Utilisé à l'origine pour les bouteilles de boissons, le consommateur l'identifie facilement, ce qui le rend plus facile à récupérer que d'autres plastiques. Son recyclage est bon marché, même avec les moyens actuels de collectage, et il existe des marchés très développés pour les produits de son recyclage, tels les fibres de rembourrage et destinées à la confection de tapis.

    Une autre caractéristique importante du PET recyclé est la possibilité de le reconvertir en ses éléments de base par des moyens chimiques, par hydrolyse ou méthanisation. Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) a donné son feu vert au PET produit par reconversion chimique pour des emballages alimentaires, et le polymère reconverti est employé pour l'emballage des boissons.

    Le bois

    Le bois est relativement lourd et peut se révéler cher pour l'emballage. Il ne constitue pas un obstacle contre les gaz ou l'humidité; son utilisation pour emballer des aliments est par conséquent limitée. Ainsi, son usage, encore fréquent, est en déclin.

    Le jute et le bambou

    Le jute et le bambou ne sont plus considérés communément comme des matériaux d'emballage adéquats pour l'exportation d'aliments en raison des risques de contamination dus à leur structure ouverte, par exemple celle des sacs de jute ou des paniers de bambou.

    Les tendances

    Les emballages inviolables

    Un emballage réussi est celui qui protège le produit avant sa consommation, le maintenant frais et inaltéré de sorte qu'il reste attractif et apte à être utilisé. Pourtant, aujourd'hui l'emballage doit aussi être inviolable.

    Directive européenne concernant l'emballage

    La directive 94/62/EC du Parlement européen et du Conseil concernant les emballages et déchets d'emballages invite les États membres à viser des taux de récupération des déchets d'emballages de 50% à 65%, et des taux de recyclage de 25% à 45% dès juillet 2001.

    Cette directive rend obligatoire, pour les «producteurs» d'emballages, les mesures destinées à récupérer les déchets d'emballages provenant de leur propre production, selon les principes du «pollueur payeur» et de la «responsabilité élargie des producteurs». Légalement, les déchets doivent être, soit récupérés par le producteur, soit mis gratuitement à la disposition d'une organisation tierce en vue de leur récupération.

    Les études d'impact environnemental

    En Europe et en Amérique du Nord, d'importantes études ont été menées pour analyser les incidences environnementales de la production et de l'utilisation des emballages. Le fait que le transport de produits emballés par le consommateur pouvait devenir un facteur environnemental de poids fut une des découvertes majeures de l'étude, surtout si de longs parcours doivent être effectués pour des achats mineurs.

    En général, la législation relative aux emballages d'aliments constitue un sujet à part et complexe. Les industriels de l'emballage peuvent avoir besoin de recourir à une assistance spécialisée pour les guider dans le dédale des lois. Certaines combinaisons de produits et de matériaux d'emballage sont uniques et nécessitent un examen particulier. Il est ainsi fortement recommandé à tout exportateur de chercher conseil auprès des organismes de recherche sur les aliments et leur conditionnement dans les pays qu'ils visent. Le CCI peut fournir des renseignements sur ces organismes.

    Cet article est tiré du document technique Directives concernant des emballages à l'exportation sûrs et écologiquement acceptables, de S.G. Panvalker. Pour plus d'information, veuillez vous adresser à E. Piskolti-Caldwell, Administratrice associée pour l'information sur les emballages à l'exportation; e-mail: piskoltie@intracen.org


recherche