•  home fr
  •  

    Stimuler les exportations de services au Nigéria : Les stratégies pour aider les femmes entrepreneurs

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 4/2003

    En février 2003, le Programme d'exportation de services du CCI a organisé un atelier pour promouvoir l'exportation parmi les femmes entrepreneurs du Nigéria. De gauche à droite: Omotayo Omotosho, Chef exécutif, Corporation nigériane du développement du tourisme, Dora Akunyili, Directrice générale, Agence nationale de l'administration et du contrôle des drogues et aliments, Femi Boyede, Chef exécutif, Koinonia Enterprises

    1. Faire connaître les réussites des sociétés de services appartenant à des femmes



    Trop peu de Nigérianes bénéficient de reconnaissance, nationale ou internationale. Nous recommandons la création d'un groupe d'encadrement pour les organisations non gouvernementales (ONG) qui travaillent avec des femmes chefs d'entreprise, de façon à coordonner l'assistance internationale et la formation des femmes, et les rendre ainsi plus visibles, la création de programmes de récompenses et la diffusion des réussites des femmes nigérianes propriétaires de sociétés de services.

    2. Traiter avec les sociétés étrangères installées dans le pays



    Les Nigérians ont besoin d'une structure propre pour organiser régulièrement des manifestations afin de favoriser les réseaux avec des compagnies étrangères et les ambassades. De telles manifestations peuvent aider les femmes propriétaires de sociétés de services à rencontrer des responsables d'achats.

    Rares sont les entreprises de services appartenant à des femmes ou gérées par elles qui remportent de gros contrats sur la base des principes de l'«égalité des chances». Il n'existe presque pas de documents économiques ou de promotion des investissements qui spécifient ou mettent l'accent sur les questions de ce genre. Les femmes propriétaires de sociétés de services n'ont aucune tribune pour s'exprimer sur cette question.

    La Commission nigériane de promotion des investissements et d'autres organismes pourraient promouvoir le potentiel des firmes appartenant à des femmes dans leurs documents promotionnels.

    Le Ministère des affaires féminines et du développement de la jeunesse du Nigéria devrait créer une base de données en ligne des sociétés de services appartenant à des femmes. Il devrait aussi s'assurer que cette information soit diffusée auprès des ambassades et des firmes internationales sises au Nigéria ainsi qu'aux missions nigérianes à l'étranger.

    3. Faire bon usage des associations

    Bien qu'il existe de nombreuses associations et ONG militant en faveur de l'intégration de la femme au Nigéria, elles ne proposent pas de solutions pratiques de réseautage pour leurs membres. Par ailleurs, peu de femmes adhèrent aux chambres de commerce. Si une femme parvient à une position clé dans une association, cela reste l'exception.

    Cette situation exige la promotion intensive informant les femmes des bénéfices de réseaux solides. Les quelques femmes qui connaissent déjà ces organisations devraient nommer d'autres femmes à des postes clés.

    Les associations régionales et mondiales devraient aider les femmes entrepreneurs à créer leurs réseaux de références. Les associations professionnelles spécifiques devraient également jouer un rôle, par exemple les femmes œuvrant dans les milieux du droit, de la comptabilité ou de la médecine pourraient conclure des accords d'amitié avec des associations sœurs à l'étranger.

    4. Appuyer les sociétés de services des femmes

    Développer des modèles

    Souvent les modèles les plus visibles pour les fillettes et les jeunes femmes sont des femmes travaillant dans des activités liées à l'agriculture ou à l'artisanat. Il y a pourtant des femmes qui possèdent des cabinets juridiques, des sociétés de comptabilité, des agences immobilières ou de voyages. Nous recommandons d'organiser des campagnes sur le terrain, où des porte-parole s'expriment lors de séances d'orientation professionnelle dans les écoles secondaires ou dans le cadre de programmes de mentorat.

    Établir des systèmes de financement

    Généralement, les femmes ne possèdent pas les actifs corporels que les banques exigent pour accorder des prêts. La façon la plus courante pour obtenir des fonds de roulement - une facilité de caisse contre des comptes clients - n'est pas toujours possible au Nigéria. De plus, il peut être exigé des femmes qu'elles obtiennent une garantie de leur mari ou de leur père pour pouvoir négocier avec la banque. Les conditions préalables sont si sévères qu'il est plus facile de recourir à des fonds privés.

    Les femmes qui réussissent devraient s'associer pour créer des banques ou d'autres institutions financières qui permettraient un accès facile à des sources de financement bon marché pour les projets de femmes. Elles devraient entamer le dialogue avec le Comité des banquiers et d'autres associations financières pour assurer des termes favorables pour les sociétés de services appartenant à des femmes.

    Encourager la participation aux réunions régionales et internationales

    Pour gagner leur crédibilité et étendre leur réseau de références, les prestataires de services doivent participer à des conférences régionales et internationales, et s'y exprimer. Ils doivent également se déplacer pour finaliser ou livrer leurs services. Il faudrait que les femmes aient accès à des visas d'affaires, à de l'argent pour les frais de voyage et à une assistance qui prend en charge les responsabilités familiales en leur absence. Nous recommandons que les associations féminines créent de solides alliances et qu'elles s'appliquent à promouvoir les services aux entreprises de leurs membres reconnus.

    Développer la formation et le mentorat

    Généralement, les formations commerciales et de gestion sont conçues pour les activités liées aux biens et non aux services, et il y a de grosses différences. Comme le marché des services est sous-estimé, la formation est limitée. La plupart des fois, il est proposé une formation médiocre de secrétariat.

    Assurer du personnel qualifié pour les sociétés de services

    Pour être compétitives, les entreprises nécessitent du personnel très compétent dans les domaines de la communication, de la résolution de problèmes, de la prise de décision et du service à la clientèle. La formation correspondante n'existe que de façon limitée, surtout en ce qui concerne les femmes. Nous recommandons que les écoles mettent l'accent sur les compétences liées aux services.

    Améliorer la qualité des services

    Pour qu'un service soit attractif pour la clientèle étrangère, il doit être compétitif sur les marchés internationaux. Cela signifie une excellente qualité: disponibilité, réactivité, précision, etc. Cela  signifie aussi l'innovation continue. Les clients étrangers sont disposés à payer le prix fort pour une qualité irréprochable.

    Peu d'entreprises appartenant à des femmes répondent aux exigences d'ISO 9000, mêmes si elles bénéficient de certifications. Nous recommandons que les associations de femmes lancent un programme de récompenses crédible pour l'excellence dans les services, la créativité et l'innovation, fondé sur des critères de qualité stricts.

    5. Intégrer les femmes aux questions de développement

    Souvent, les projets destinés à aider les petites entreprises ne s'occupent que de celles appartenant aux hommes, et ceux qui se consacrent exclusivement aux femmes sont isolés des programmes courants. L'égalité des chances entre hommes et femmes passe par un engagement à changer d'attitude de sorte que tous deux participent de manière égale aux initiatives du secteur privé, et que soient adoptées des mesures soucieuses de cette égalité pour le suivi des progrès.

    Intégration aux associations commerciales dominantes

    Si les associations et réseaux commerciaux spécifiques aux femmes sont utiles, il demeure essentiel que les femmes s'intègrent aux chambres de commerce, réseaux professionnels et associations auxquels participent les hommes. L'intégration au sein des principaux réseaux augmente la crédibilité des sociétés de services appartenant à des femmes.

    Postes gouvernementaux

    L'administration nigériane actuelle s'est engagée à garantir l'octroi d'un pourcentage de postes fédéraux de haut niveau à des femmes. Cet engagement pourrait être renforcé s'il se traduisait par des mesures politiques de longue durée.

    Appuyer le Ministère des affaires féminines

    L'administration actuelle a surpassé les gouvernements précédents en soutenant activement le Ministère fédéral des affaires féminines et du développement de la jeunesse. L'étape suivante serait d'établir la base pour un diagnostic concret des besoins et de les évaluer.




    Les exportatrices de services au Nigéria

    Utiliser le potentiel d'exportation

    Interview de Dorothy Riddle, Service-Growth Consultants, et Femi Boyede, Koinonia Enterprises

    Q Les Nigérianes exportent-elles?

    R Bien sûr. Les sociétés de services appartenant à des femmes travaillent avec des firmes étrangères telles que Cadbury Nigeria, Andersen Consulting, Nestlé Foods Nigeria et des compagnies multinationales pétrolières. Elles offrent également leurs services à des agences internationales comme l'OMS et l'UNICEF, ainsi qu'aux ambassades. Elles exportent aussi vers l'Afrique du Sud, la Côte-d'Ivoire, les Émirats arabes unis, les États-Unis, l'Espagne, la France, le Ghana et le Royaume-Uni.

    Q Quel est leur profil?

    R Les femmes qui travaillent dans ce domaine possèdent généralement une éducation supérieure. Beaucoup sont techniquement qualifiées et occupent des postes spécialisés.

    Q Quelles difficultés éprouvent-elles?

    R L'accès à des prêts bancaires a été presque impossible pour la plupart d'entre elles. En général, elles financent leur expansion avec l'argent de leur famille ou d'autres fonds personnels.

    Elles nous ont aussi fait savoir qu'elles ne sont pas assez formées sur l'exportation des services, qu'elles n'arrivent pas à accéder aux marchés d'exportation, qu'elles ne bénéficient pas de financement adéquat, ni du soutien administratif et logistique nécessaire.

    Q Existe-t-il la possibilité,pour les femmes chefs d'entreprise du Nigéria,de pouvoir exporter?

    R Nous pensons que oui. Au Nigéria, les services représentent encore un petit pourcentage des exportations totales - moins de 10%. Pourtant, ce secteur constitue 42% du PIB. Pour nous renseigner sur les entreprises appartenant à des femmes de ce pays, nous avons consulté le registre du commerce, mais il n'y a pas de statistiques séparant hommes et femmes. C'est pourquoi nous avons effectué des entretiens, qui ont montré que les entreprises appartenant à des femmes proposent une large gamme de services à l'exportation.

    Pour cet article, Natalie Domeisen a résumé les conclusions du rapport 2003, Framework for a Strategy to Support Women Entrepreneurs in Nigeria.


recherche