•  home fr
  •  

    Sierra Leone: Nouvelle agence en faveur du développement

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2007, © Centre du commerce international

    Dans le cadre de ses efforts post-guerre en vue de doper les exportations, la Sierra Leone a créé une nouvelle agence de promotion du commerce (Investment and Export Promotion Agency).

    L'initiative, qui s'inscrit dans un processus de réforme plus large pour faciliter le commerce avec la Sierra Leone, bénéficie de l'appui de la Banque mondiale, du CCI et du Royaume-Uni. La réforme de l'impôt et de l'enregistrement des terres, la simplification des procédures de démarrage d'une entreprise et la pratique douanière sont aussi à l'ordre du jour.

    L'agence doit sensibiliser la communauté internationale aux opportunités qu'offre la Sierra Leone en tant que producteur et bénéficiaire de l'investissement, améliorer la qualité des exportations traditionnelles et explorer de nouveaux secteurs d'exportation. Son expertise orientera les décisions en matière d'investissement.

    «Ceci s'inscrit dans un effort plus global en vue d'améliorer le climat des affaires, de lever les obstacles bureaucratiques et d'améliorer la transparence,» a déclaré Philip Williams, CCI, membre de l'équipe chargée de créer la nouvelle agence.

    Il ajoute que le succès de l'opération revient surtout au Dr Kadi Sesay, Ministre du commerce et de l'industrie, dont les efforts ont reçu l'appui d'une équipe du CCI et de l'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) et du Service-conseil pour l'investissement étranger (FIAS) de la Banque mondiale. La réforme législative s'est fondée sur d'importantes consultations des ministères et parlementaires.

    La nouvelle agence se conformera à plusieurs recommandations émises par les études de la MIGA et du CCI, dont les principales sont: engagement au plus haut niveau du gouvernement, autonomie renforcée, financement adéquat et sélection et formation minutieuses du personnel. Son efficacité dépendra de la pérennité des fonds publics et du soutien technique au stade précoce de démarrage et au-delà. Le Département du Royaume-Uni pour le développement international finance le projet tandis que le CCI et la Banque mondiale se chargent du soutien technique.

    Collaborateurs: Julie-Anne Lee, Philip Williams et Natalie Domeisen, CCI.


recherche