•  home fr
  •  

    Réunion annuelle du CCI: Doha sous les projecteurs

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2002

    Lors de la réunion annuelle du Groupe consultatif commun (Genève, 15-19 avril 2002), le CCI a concentré toute son attention sur l'appui au Programme de Doha pour le développement. Les activités futures du CCI tiendront compte de ce programme.

    Aider les pays en développement à gagner plus grâce à l'exportation et à participer réellement aux négociations commerciales mondiales, telle est la priorité du CCI. Tant les donateurs que les clients ont acclamé la direction des services du CCI, unique au sein des organisations internationales. Le CCI est la seule agence qui se consacre entièrement à la communauté des affaires des pays en développement.

    Partenariat et complémentarité

    La complémentarité est la caractéristique des rapports que le CCI entretient avec les organisations partenaires. Lorsqu'elle apporte son aide, la CNUCED se focalise sur les mesures commerciales, l'OMC sur les règles du commerce et le CCI sur la compétitivité à l'exportation. Les services du CCI répondent à trois types d'interrogations. Sommes-nous compétitifs? Quelles sont les tendances et quels débouchés offrent-elles? En quoi les règles du système commercial multilatéral affectent-elles les affaires?

    J. Denis Bélisle, Directeur exécutif du CCI, a affirmé que le CCI était devenu une organisation sélective. «Notre attention se centre à présent directement sur l'unique facteur critique pour améliorer de façon durable les résultats des exportations: le renforcement des capacités à la compétitivité internationale», a-t-il déclaré.

    Rubens Ricupero, Secrétaire général de la CNUCED, a affirmé que la coopération technique liée au commerce devait être apportée par le biais d'un réseau intégré. «La CNUCED, l'OMC et le CCI ont développé de nouvelles modalités qui combinent une approche holistique et une grande confiance dans les compétences individuelles et les avantages comparatifs», a-t-il ajouté.

    Ablassé Ouedraogo, Directeur général adjoint de l'OMC, a remarqué que les pays en développement ont su influencer les résultats de la Conférence ministérielle de l'OMC. Dans le dessein d'accompagner ce processus, l'OMC va devoir travailler en étroite collaboration avec la CNUCED et le CCI. Dans ce contexte, l'excellent travail du CCI mérite d'être appuyé. «J'encourage vivement les donateurs à être aussi généreux avec le CCI qu'ils l'ont été avec l'OMC, de façon que nous puissions travailler ensemble avec des ressources sûres et prévisibles au renforcement des capacités dans les pays en développement», a-t-il signifié.

    Carlos Magariños, Directeur général de l'ONUDI a mentionné le mémorandum d'accord signé entre le CCI et l'ONUDI fin 2001 et a évoqué les exemples récents de coopération.

    L'appui au Programme de Doha

    Le Groupe consultatif commun a fait remarquer que le CCI demeure un protagoniste dans l'assistance technique liée au commerce, et qu'il avait fourni des services d'une qualité élevée et uniforme à ses clients. Sa contribution au développement est restée significative. Il a relevé l'approche «exemplaire» du CCI visant à entretenir les partenariats nationaux et régionaux.

    Le Groupe consultatif a endossé le plan du CCI en vue de combiner l'assistance classique - atténuation des contraintes du côté des fournisseurs, identification des débouchés commerciaux et renforcement des institutions d'appui au commerce - avec les nouveaux programmes, notamment ceux qui ont trait à la facilitation électronique du développement commercial.

    Certains de ces programmes ont été mis en évidence au vu des possibilités d'appui au Programme de Doha pour le développement qu'ils offrent; c'est le cas de World Tr@de Net, du Programme intégré conjoint d'assistance technique, du Cadre intégré pour l'assistance technique liée au commerce, d'E-Trade Bridge et du Programme de promotion du commerce Sud-Sud.

    De nombreux pays en développement ont exprimé leur intérêt à participer aux programmes du CCI liés au commerce des services et à l'information commerciale. Sur l'internet, les TradeMaps offrent de précieuses études de marché: ils constituent un «ensemble de services efficace et unique que le CCI offre aux pays en développement » et apportent un appui au Programme de Doha pour le développement, selon les paroles de M. Bélisle (voir p. 36 sur les TradeMaps).

    De la même manière que pour le commerce des services, «il s'agit d'un monde nouveau, remarque M. Bélisle. Pour les pays en développement, de nouvelles possibilités dans l'exportation des services apportent à la fois une chance et une menace. Si les pays en développement ne sautent pas dans le train tout de suite, ils risquent de se retrouver marginalisés. En sachant utiliser leur capital d'imagination et de créativité, ils pourront saisir de nouveaux débouchés qui leur permettront de passer au stade supérieur.» L'an dernier le commerce des services a dépassé US$ 1,4 trillion, soit une augmentation de 6% par rapport à l'année précédente et presque un quart du commerce mondial. Durant ces quinze dernières années, les services ont représenté le domaine qui a connu la plus forte croissance au sein des échanges mondiaux, et on prévoit qu'ils vont atteindre 50% du commerce d'ici à 2020.

    Contributions volontaires

    Plusieurs gouvernements ont annoncé des contributions volontaires au CCI: l'Allemagne, le Canada, la Chine, le Danemark, la Finlande, la France, l'Inde, l'Irlande, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse. Le Royaume-Uni a laissé entendre que des contributions pour 2002 étaient envisagées (et une contribution a été annoncée au CCI par la suite).

    Le CCI a été félicité pour la gestion efficace de ses ressources limitées et pour l'amélioration de son rythme de livraison. Plusieurs donateurs se sont engagés à apporter un financement durant plusieurs années.

    Pour plus d'information, le rapport du Groupe consultatif commun et le Rapport annuel du CCI sont disponibles sur le site internet du CCI (http://www.intracen.org).



recherche