•  home fr
  •  

    Qualité et normes

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 3/2010

    Ce numéro du Forum du commerce international explique que pour pénétrer de nouveaux marchés, au Nord comme au Sud, les exportateurs des pays en développement doivent impérativement respecter les normes internationales. Et c'est parce que l'ITC est convaincu que la compétitivité à l'exportation est à ce prix, qu'il investit dans le renforcement des capacités des petites et moyennes entreprises dans ce domaine.

    Avec la mondialisation des chaînes de production et d'approvisionnement, le respect des normes internationales est aujourd'hui essentiel. Pour réussir sur les marchés mondiaux, les entreprises exportatrices doivent acquérir la capacité de se conformer aux prescriptions en matière de qualité, de sécurité, de santé et d'environnement.

    L'abaissement progressif des obstacles tarifaires destiné à faciliter les échanges, s'est accompagné d'une augmentation des obstacles non tarifaires prenant la forme de règlements techniques ainsi que de mesures sanitaires et phytosanitaires, imposés par les gouvernements pour protéger la santé et la sécurité de leurs citoyens et l'environnement.

    En outre, la prolifération des normes volontaires et privées liées à l'environnement et aux questions sociales, élaborées par les organismes de normalisation nationaux, régionaux et internationaux, de même que par des détaillants et des consortiums, représente aussi un défi de taille pour les exportateurs. Les préoccupations d'ordre environnemental et social ont débouché sur l'élaboration de normes liées à l'empreinte carbone et aux systèmes de management environnemental, à la responsabilité sociale, au travail, à l'innocuité des aliments ainsi qu'à des préoccupations sectorielles précises.

    La montée en puissance du 'consommateur conscient' sur les marchés développés et la demande correspondante de produits éthiques, écologiques, 'verts' et biologiques, se sont également accompagnées d'une augmentation proportionnelle de la demande de produits de consommation respectant des normes volontaires et dont la conformité est attestée par l'apposition de marques de certification.

    Pour respecter des prescriptions techniques volontaires et obligatoires de plus en plus Strictes et en constante évolution, les exportateurs ont besoin du soutien de leurs organismes nationaux en charge de la qualité. Malheureusement, dans nombre de pays en développement les infrastructures qualité sont souvent insuffisantes et ne répondent pas aux besoins des exportateurs. Malgré cela, ces derniers répugnent souvent à travailler avec des fournisseurs de services étrangers, synonymes de coûts élevés et de difficultés administratives.

    Mettre en place des infrastructures qualité est un processus complexe, long et coûteux, mais il s'agit d'un élément clé de la compétitivité à l'exportation. La création de ces infrastructures exigeant des investissements considérables, une approche régionale du problème pourrait être envisagée. Il est par ailleurs tout aussi important d'associer le secteur privé à l'exercice. Un partenariat public-privé pourrait à cet égard grandement contribuer à instaurer des infrastructures de la qualité requise.

    En adoptant une démarche proactive, en participant au processus d'élaboration des normes relatives aux produits qui présentent un intérêt à l'exportation, en l'influençant, tout en tenant compte des besoins particuliers des exportateurs, ces derniers seraient mieux à même de satisfaire aux exigences des marchés internationaux. Il est impératif que les pays en développement respectent les normes, mais aussi qu'ils prennent l'initiative d'en élaborer eux-mêmes pour les produits qui présentent un intérêt à l'exportation.

    Pour les pays qui doivent encore se doter des infrastructures qualité nécessaires pour aider leurs exportateurs à satisfaire aux prescriptions du marché, la voie est toute tracée et les précédents nombreux qui regorgent d'exemples à suivre et de moyens d'influencer les normes. À cet égard, le partage de l'information et la comparaison des performances entre pays s'avèrent essentiels.

    Comme en attestent nombre des exemples contenus dans ce numéro, si la route qui mène au respect des prescriptions internationales, obligatoires ou volontaires, est semée d'embûches, les producteurs et les exportateurs ont beaucoup à gagner à la parcourir. Les avantages offerts vont d'un meilleur accès aux marchés mondiaux, à l'amélioration des systèmes de gestion et de surveillance, à une productivité accrue, à l'amélioration des pratiques agricoles et des procédés de production, à l'amélioration de l'accès au crédit. Il est absolument essentiel que les exportateurs et les producteurs comprennent les débouchés offerts de même que les risques inhérents au respect des normes internationales.

    Patricia Francis


recherche