•  home fr
  •  

    Propos recueillis lors du Forum exécutif du CCI

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2002

    Un argument en faveur du secteur privé

    «Au Guatemala, notre expérience a montré que le secteur privé obtient de meilleurs résultats dans les activités de promotion commerciale. Il possède une meilleure compréhension des besoins des PME et il lui est ainsi plus facile d'apporter son aide. Sa capacité de réponse est également plus rapide, car il peut s'attaquer aux problèmes bien avant l'intervention de l'appareil gouvernemental.»

    Giovanni Passarelli, Chef du Département de la promotion commerciale et de l'information, Association guatémaltèque des exportateurs de produits non traditionnels - AGEXPRONT

    Nouvelle connexion

    «La nouvelle connexion que nous élaborons consiste à relier l'investissement à la stratégie commerciale et d'exportation.»

    Geoffrey da Silva, Administrateur exécutif, Bureau guyanais pour l'investissement (GO-INVEST)

    Réinventer la roue

    «L'expérience montre que, souvent, au lieu d'examiner en profondeur les raisons des mauvais résultats obtenus et, par conséquent, d'adopter les mesures nécessaires à corriger la situation, les autorités décident de changer les institutions, et de réinventer la roue!»

    Camilo Jaramillo, Consultant, Colombie

    Savoir mesurer les résultats

    «Mesurer les résultats n'est pas facile. En effet, comme les exportateurs ne nous dévoilent pas leurs profits, la meilleure façon d'évaluer notre performance est de déterminer à partir d'une enquête si les bénéficiaires directs d'un programme en sont satisfaits.»

    Undrick Ceus, Directeur exécutif, PROMOCOM, Haïti

    Un centre national est déterminant

    «Je suis convaincu de l'importance d'un centre de coordination ou d'un conseil exécutif national qui planifie, met en place et contrôle une stratégie et des mesures nationales d'exportation.»

    Cagatay Ozden, Expert en commerce extérieur, Centre de promotion des exportations (IGEME), Turquie

    Ce que les gens sont prêts à payer

    «Les gens sont prêts à payer pour développer les liens avec de nouveaux acheteurs, mais pas pour former leur personnel. Une approche globale de la demande à moyen terme, grâce à une campagne intensive de sensibilisation, suivie par quelques groupes-pilotes de firmes qui acceptent d'acquérir de tels services (même si elles reçoivent des subsides) va permettre à de nouveaux groupes d'apparaître, pour autant que ces groupes-pilotes retirent des bénéfices et que les nouveaux groupes en soient informés.»

    Mukesh Gulati, Administrateur, Centre de coordination, Programme de développement des groupes/réseaux, Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), New Delhi, Inde

    Viabilité du réseau

    «La viabilité du réseau est le résultat direct de ses objectifs. Les membres d'un réseau changent suivant la réussite et la croissance. Leurs priorités, spécialité, objectifs et taille des opérations, capacités et expertise, tout cela change au fur et à mesure du développement de tous les membres.»

    Rohan Ellis, Chef exécutif, Conseil de développement des investissements des Îles Cook, Forum de discussion en ligne 2001

    Les gagnants sont rares

    «Dans les pays en développement, nous ne pouvons pas nous payer le luxe de ne choisir que les gagnants puisqu'ils sont rares. La tâche des réseaux est précisément de faire émerger plus de gagnants.»

    Jacinta M. Kinyili, Centre d'information commerciale du Conseil de promotion des exportations, Kenya

    Les OPC surestiment la promotion du commerce collective

    «À mon avis, les OPC donnent trop d'importance à la promotion du commerce collective. Cela arrive souvent en raison de la pression des associations et des lobbys industriels, qui ont tout intérêt à obtenir des subsides de l'État pour l'activité coûteuse que représente la participation des petites entreprises aux foires commerciales.»

    Fabrizio Onida, ancien Président de la Commission italienne du commerce

    Un travail de longue haleine

    «Le bon fonctionnement de notre réseau d'appui commercial est comparable au courant d'une rivière sur la pierre: le projet dure et, au fil du temps, il ronge les arrêtes les plus dures. Maintenant, la pierre est encore mal dégrossie, et il nous reste un travail de longue haleine.»

    Brian Oak, Directeur, Planification stratégique, Service du Commissaire au commerce, et Coordinator Team, Inc., Canada

    Faire équipe

    «Au Viet Nam, le nombre des joueurs sur le terrain de la promotion a augmenté. En général, ils n'ont encore jamais joué en équipe, où chacun doit assumer une tâche distincte en vue de rendre toutes sortes de services aux entreprises exportatrices. L'effort de développement commercial au Viet Nam se résume encore à des interventions ad hoc de la part des institutions d'appui au commerce pour des activités précises, soit surtout des services de soutien des ventes outremer, notamment dans des foires et des missions commerciales et les contacts d'affaires.»

    Lu dans un journal régional du Viet Nam

recherche