•  home fr
  •  

    Progrès du Cadre intégré au Lesotho

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2003

    Le Gouvernement du Lesotho s'attache à avancer dans son intégration à l'économie mondiale grâce au développement de mesures favorisant le commerce des plus pauvres. Lors d'une conférence nationale tenue en février 2003, les représentants gouvernementaux, les agences de l'ONU, le secteur privé et les partenaires de développement ont discuté les recommandations de l'Étude diagnostique sur l'intégration du commerce (DTIS), dans l'intention de renforcer la capacité commerciale, les réformes destinées aux plus pauvres et les liens entre le Cadre intégré d'assistance technique liée au commerce (CI) et la vision nationale, ainsi que le processus stratégique visant la réduction de la pauvreté.

    Bien que le Lesotho compte parmi les pays les plus pauvres du monde, souffrant notamment de l'insécurité alimentaire et de la pandémie du VIH/SIDA, ce pays a une occasion unique de promouvoir son commerce comme moyen de développement économique et de diminuer la pauvreté. Le Lesotho étant l'un des pays-pilotes pour le nouveau CI, son Gouvernement a encouragé la participation nationale au programme commercial par une approche participative du développement. Il a également travaillé à la mise en place d'un environnement propice au développement du secteur privé.

    Le processus du CI a officiellement commencé à Maseru en mars 2002, où les six agences fondatrices du Cadre intégré (Banque mondiale, CCI, CNUCED, FMI, PNUD et OMC) ont lancé l'Étude diagnostique. Cette étude analyse les difficultés commerciales et la compétitivité extérieure et donne la priorité à l'assistance technique dans le dessein de promouvoir l'intégration des PMA dans l'économie internationale. La Banque mondiale est responsable de cette étude qui a mis à contribution un groupe de consultants locaux et internationaux, en collaboration avec l'autorité de référence, le Ministère de l'industrie, du commerce et du marketing.

    Le PNUD a servi de coordonnateur national représentant les agences fondatrices du CI au sein du Comité national de pilotage et administrant les différentes missions nécessaires à l'étude. Le PNUD a également appuyé le Gouvernement en organisant des sessions de travail pour que les parties prenantes du pays puissent s'approprier le processus en cours et le prendre en charge.

    Lors de la conférence nationale où furent présentées les recommandations, le Ministre de l'industrie, du commerce et du marketing, M. Mpho Malie, a exprimé sa gratitude aux agences de l'ONU pour leur collaboration extensive avec les donateurs et les partenaires de développement, ainsi que les autres ministères pour le soutien au programme commercial destiné à diminuer la pauvreté. Les participants à la conférence ont estimé que la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) a entraîné la création de 10 000 nouveaux emplois en 2002, élevant à plus de 45 000 le nombre des travailleurs du secteur des textiles et vêtements.

    Malgré un tel succès, le Coordonnateur résidant des Nations Unies et la Représentante résidante du PNUD, Mme Scholastica Kimaryo, ont averti que le développement est mis en difficulté par la présence du VIH/SIDA. Plus de 90% des personnes employées dans les fabriques urbaines étrangères sont des femmes issues de zones rurales, dont le risque d'exposition à la pandémie de VIH/SIDA pose un problème social parallèle au souci de développement.

    La nature participative du processus du CI offre la possibilité au Lesotho d'intégrer la lutte contre le VIH/SIDA aux projets destinés aux plus pauvres.


    Mandisa Mashologu est Conseillerère du PNUD, Réduction de la pauvreté, Lesotho (mandisa.mashologu@undp.org).


recherche