•  home fr
  •  

    Ouganda: Les agriculteurs bio séduisent l'Europe

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2007, © Centre du commerce international

    © CCI/ C. Ohlsson Un agriculteur bio ougandais féconde à la main des fleurs de vanille. Outre des épices, l'Ouganda exporte du café, du cacao, du coton et des fruits bio.

    Les importateurs européens de produits bio rencontrent exportateurs et producteurs ougandais lors de la tournée des acheteurs du CCI.

    Judith Chemutai vient d'être embauchée comme personnel de terrain chez Kawacom Ltd, un des principaux exportateurs de café ougandais. Elle travaille près de Kapchorwa dans l'est du pays où près de 4 700 agriculteurs cultivent du café bio certifié sur les pentes du Mont Elgon. Quinze responsables de terrain initient les agriculteurs aux techniques de production bio. Judith et ses collègues récemment recrutés suivent un programme de formation qualifiante axé sur l'agriculture caféière bio. «Je n'ai pas travaillé depuis mon mariage,» dit Judith. «Avec mon premier salaire, je compte m'acheter un téléphone portable.»

    Un secteur en plein essor

    Les producteurs de café du Mont Elgon ne sont qu'un exemple de la croissance du secteur bio ougandais. En 2005, les exportations bio ont représenté US$ 6 millions. Les producteurs sont en majorité de petits exploitants. Les entreprises d'exportation doivent souvent regrouper un grand nombre de producteurs pour répondre à la demande des acheteurs européens notamment. La dissémination des producteurs et la piètre qualité de l'infrastructure rurale rendent la collecte des produits problématique, surtout pour les fruits et légumes frais.

    Le manque de fonds pour investir dans des installations de traitement et de stockage constitue une autre entrave pour les sociétés d'exportation.

    Son enclavement oblige l'Ouganda à transporter les produits par air ou route vers les ports des pays voisins. Les deux options sont coûteuses - le transport routier d'un conteneur entre Kampala et Mombasa au Kenya coûte aussi cher que le transport maritime entre Mombasa et les ports européens.

    Malgré cela, l'Ouganda s'est imposé comme exportateur de produits bio et les entreprises ougandaises participent aux grandes foires commerciales, comme Biofach à Nuremberg en Allemagne. Mais de nombreux importateurs européens hésitent encore à commercer avec l'Afrique et l'organisation du premier face à face peut renforcer la confiance entre les deux parties.

    Connecter les acheteurs aux exportateurs enclavés

    Le CCI appuie le secteur bio ougandais et a mis sur pied fin avril une tournée des acheteurs avec le Mouvement national de l'agriculture bio en Ouganda. Sept acheteurs européens intéressés à importer des produits bio ougandais ont rencontré des exportateurs, des producteurs et des parties prenantes clés du secteur bio durant une tournée de cinq jours à travers le pays.

    Les acheteurs ont rencontré les institutions gouvernementales de Kampala et Entebbe pour débattre des opportunités et des contraintes des exportations bio. Puis les sociétés d'exportation ont eu l'occasion de rencontrer les acheteurs sur le terrain pour parler production. Ils ont visité des entreprises d'exportation et des producteurs de fruits, d'épices, de café, de coton et de graines de sésame.

    À la fin de la tournée, acheteurs et représentants des sociétés d'exportation se sont réunis à Kampala pour envisager un réseautage. Un acheteur avait déjà soumis une demande de permis d'importation de produits bio ougandais; il prévoit de passer sa première commande d'ananas auprès d'un exportateur rencontré lors de la tournée dès obtention du permis.

    Des familles agricoles déterminées

    En Ouganda, la demande de produits bio augmente. Le bio aide les petits producteurs qui exportent grâce à un partage des coûts de certification entre grands groupes.

    «Il vaut mieux pour ma santé et celle de ma famille ne pas manger d'aliments traités aux pesticides et aux herbicides comme dans l'agriculture conventionnelle,» a déclaré un producteur de graines de sésame bio. «Désormais je ne produis que du bio.»

    Un planteur de café du Mont Elgon a expliqué pourquoi il s'était lancé dans le bio. «Un de mes amis m'a parlé du projet bio et de Kawacom. Grâce au prix fort, je pourrai envoyer mes enfants dans une meilleure école.» Il vient juste de passer au bio avec les conseils avisés de Judith, la responsable de terrain de Kawacom. Grâce aux visites régulières et aux conseils de Judith, la ferme pourra être certifiée bio l'année prochaine.

    Depuis 2007, le CCI intensifie son aide au secteur bio en Ouganda, en partenariat avec le Conseil ougandais de promotion des exportations et le Mouvement national pour l'agriculture bio en Ouganda. De même, il collabore étroitement avec la filière bio au Kenya, en Tanzanie et au Rwanda.

    Pour plus d'information, contactez:kasterine@intracen.orgouohlsson@intracen.orgou visitezhttp://www.intracen.org/organics


recherche