•  home fr
  •  

    Négociations commerciales: Intégrer les entreprises

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2004

    Défis

    Les entreprises des pays en développement ne peuvent ignorer les négociations commerciales internationales.

    Les accords commerciaux internationaux sont en train de reformuler les lois nationales sur le domaine d'activité des entreprises et leurs moyens d'action. Qu'il s'agisse de l'agriculture, des services, des textiles et vêtements ou d'autres domaines encore, les accords de l'OMC dominent la scène commerciale internationale. Les États membres de l'OMC - 148 à l'heure actuelle - sont en train de mettre au point un ensemble de règles commerciales mondiales coexistant avec un grand nombre d'accords bilatéraux et régionaux, qui forment le cadre complexe dans lequel les entreprises doivent prendre leurs décisions.

    Les entreprises des pays en développement n'ont pas assez fait entendre leur voix lors des négociations commerciales qui établissent ces règles. Souvent, elles sont insatisfaites des résultats. Les gouvernements ont parfois approuvé des règles commerciales qui entravent leurs entreprises. Leurs principales exportations n'atteignent pas suffisamment de marchés étrangers, alors que les marchés locaux, eux, sont ouverts à une concurrence qu'elles ne sont pas prêtes à affronter.

    Les négociateurs doivent connaître l'avis des milieux économiques. Ils doivent se prononcer sur de multiples options de politique commerciale en s'appuyant sur des équipes réduites. Il n'est pas facile d'analyser les incidences sur les entreprises des barrières à l'accès aux marchés, l'influence des normes internationales ou les effets des différentes propositions commerciales sur les exportateurs. Cela d'autant plus si milieux d'affaires et gouvernements ne travaillent pas ensemble.

    Au Sud la culture de la «défense des intérêts des entreprises» est quasi inexistante. À mesure que les négociations sur le commerce mondial façonnent l'environnement commercial, les exportateurs et les gouvernements des pays en développement doivent apprendre à collaborer afin d'améliorer l'accès aux marchés et d'obtenir des conditions spéciales pour leurs entreprises.



    Solutions

    • Équipes public-privé. Lorsque la vision du gouvernement et le dynamisme du secteur privé s'unissent, cela peut se révéler très efficace. Pour obtenir des résultats économiques, les pays doivent s'engager dans les négociations commerciales avec des équipes intégrant des représentants du gouvernement et des milieux économiques.
      Le succès des négociations dépend en bonne partie de la qualité de la collaboration entre les négociateurs nationaux et les chefs de file de l'économie.
    • Groupements sectoriels. Tandis que les grands groupes de sociétés sont capables de promouvoir leurs propres intérêts, la plupart des petites entreprises n'y arrivent pas. Les entreprises doivent se charger de cette tâche et informer les autorités des règles qui facilitent leurs activités commerciales.
    • Information et formation. Les règles de l'OMC ne sont pas formulées dans la langue des affaires, et les entrepreneurs doivent comprendre ce qui est en jeu à la table de négociations et comment ils peuvent en influencer l'issue. Ils ont besoin d'aide pour s'y retrouver dans les diverses règles bilatérales, régionales et multilatérales en vigueur. Surtout, ils doivent connaître les bonnes méthodes et des cas pratiques pour pouvoir défendre efficacement leurs intérêts.



    Ce que le CCI peut faire

    • World Tr@de Net est un ensemble de réseaux informels en œuvre dans 51 économies en développement et en transition, réunissant des associations commerciales, des gouvernements, des spécialistes du commerce, des institutions de formation et des universités. Ils élaborent des plans d'action nationaux pour la défense des intérêts des entreprises sur les questions de l'OMC. Le CCI les soutient grâce à des manifestations, du matériel de formation, des études de cas, des bulletins et son site internet. L'information sur le système commercial multilatéral améliore le dialogue entre milieux d'affaires et gouvernements, et augmente la participation des entreprises lors des négociations commerciales.
    • Business for Development. Ateliers régionaux réunissant les chefs de file des milieux économiques et les négociateurs gouvernementaux pour formuler les positions nationales de négociation et assurer la défense des intérêts des entreprises.
    • Le JITAP, Programme intégré CCI/CNUCED/OMC d'assistance technique, aide 16 pays africains à développer une politique commerciale grâce à des comités interinstitutionnels, des centres de référence nationaux et des points d'information sur les questions liées au commerce multilatéral, ainsi que par la formation et le développement de stratégies sectorielles.
    • Le Dossier de consultation sur l'AGCS et les programmes relatifs à cet accord de l'OMC aident les associations de l'industrie des services à recueillir de l'information sur ce secteur et, ainsi, à conseiller les gouvernements.




recherche