•  home fr
  •  

    Maroc: changement de rôles à l'ère numérique

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2002

    Le train du numérique se trouve déjà sur la voie express. Cependant, de nombreuses firmes des pays en développement demeurent réticentes à s'y embarquer, en raison notamment des coûts élevés, des difficultés d'accès et d'un manque de confiance face au changement au niveau des compétences, de la structure et de l'approche. Les OPC doivent se réorganiser à l'interne et offrir de nouveaux services pour aider les PME à combler le fossé numérique. Elles doivent aussi coopérer plus étroitement entre elles.

    La vitesse à laquelle l'économie numérique évolue a élargi le fossé technologique entre les pays industrialisés et les pays en développement. Les progrès technologiques redéfinissent la compétitivité et exigent la création de nouvelles capacités et de nouvelles stratégies pour faciliter l'intégration à long terme des pays et des entreprises dans l'ère numérique.

    Le fossé numérique s'agrandit

    Les études montrent un fossé numérique important entre les pays industrialisés et les pays en développement, un écart qui va croître dans les années à venir, au fur et à mesure que les pays industrialisés avancent en vue de s'assurer la meilleure part de ce marché à forte croissance.

    La majorité des utilisateurs de l'internet habitent dans des pays industrialisés, où les frais d'accès peuvent aller jusqu'à un dixième de ce qu'ils coûtent dans les pays en développement. D'autres facteurs encore qui accentuent l'écart numérique sont le manque d'accès aux télécommunications et les coûts que cela engendre, le manque d'une infrastructure de soutien comme l'accès au financement, un cadre juridique adapté, la formation et les services gouvernementaux.

    Changer la culture des affaires

    Comme de plus en plus de compagnies intègrent l'internet dans leurs activités, les acheteurs et les fournisseurs des pays en développement vont devoir s'adapter à ces nouvelles méthodes. Pour maîtriser ces changements et non les subir, les entreprises doivent décentraliser la prise de décisions et les compétences, ce qui n'est pas facile dans les pays en développement où autorité et hiérarchie sont des idées traditionnellement bien ancrées.

    Nouvelles obligations

    La forte croissance du commerce électronique pousse les pays en développement à concevoir des stratégies nationales adaptées à leurs besoins, avec un appui particulier aux PME. Ces stratégies ne peuvent être mises sur pied qu'avec l'engagement concret du secteur public, en partenariat avec le secteur privé.

    L'ère numérique exige une réforme importante des OPC à tous les niveaux. Les OPC se retrouvent ainsi dans une situation comparable à celle de leurs clients; elles sont confrontées à de nouvelles exigences et doivent y répondre en faisant preuve de rapidité, d'efficacité, de flexibilité et d'esprit novateur. Voici les nouvelles tâches des OPC:

    • Répondre aux nouvelles exigences d'une clientèle toujours plus nombreuse.
    • Changer la nature de l'appui aux PME en offrant des conseils relatifs au commerce électronique, aux marchés et à la commercialisation par l'intermédiaire de l'internet, aux compétences techniques, etc.
    • Prendre contact avec les PME via l'électronique.
    • Mettre en place un site internet interactif entre les OPC et les PME en créant des bases de données sur les clients et leurs exigences, et qui permettent aux compagnies d'y exprimer leur opinion.


    Les OPC doivent adapter leurs méthodes de travail, renforcer leur technologie et créer une nouvelle culture et de nouveaux comportements. Même si les OPC des pays en développement sont prêtes à faire ces changements, elles continuent à se heurter aux mêmes obstacles: financement insuffisant, manque de personnel qualifié et motivé, contact lacunaire avec la clientèle et mauvaise compréhension des difficultés à surmonter.

    Affronter les difficultés

    Les OPC peuvent affronter les défis posés par le numérique en adoptant des perspectives à long terme et en développant une stratégie nationale concernant l'électronique qui vise des débouchés extérieurs.

    Chaque OPC doit définir une stratégie pour appuyer les PME, dont les objectifs incluent le renforcement des capacités électroniques, la création de partenariats concernant la technologie et les services offerts par les OPC. Ces services doivent notamment comprendre:

    • la sensibilisation et la formation en vue de renforcer les capacités techniques;
    • la collecte et la diffusion d'information commerciale sur l'internet;
    • le conseil sur les marchés électroniques interentreprises, et
    • l'usage de sites web pour la commercialisation.


    Les stratégies nationales…

    Il incombe aux gouvernements d'appliquer une stratégie en vue de surmonter les difficultés liées au fossé numérique. Les stratèges devraient prendre en considération trois questions cruciales.

    • Permettre aux PME de bénéficier des technologies de l'information et de la communication (TIC) pour qu'elles soient plus compétitives au niveau international.
    • Faire intervenir les OPC dans la redéfinition de la stratégie d'exportation et les services proposés aux exportateurs.
    • Renforcer la coopération régionale en vue d'une meilleure efficacité pour parvenir aux objectifs commerciaux internationaux.


    … et la coopération internationale

    Les pays industrialisés ont également un rôle à jouer pour aider les pays en développement à s'intégrer au système commercial multilatéral. Si l'on accepte que le développement du commerce international ne peut avoir lieu sans la participation des pays en développement, il découle que les OPC des pays industrialisés ont une responsabilité dans l'application d'un programme de coopération.

    La coopération devrait se faire par des initiatives bilatérales ou multilatérales entre les gouvernements et les organisations nationales et internationales, et également entre les OPC d'une même région, ou des pays industrialisés et en développement et leurs groupements (ainsi le Groupement européen pour la promotion du commerce international (GEPCI) et le Forum de promotion du commerce asiatique (ATPF).

    Il faut souligner le rôle précieux que le CCI a tenu pour encourager la coopération entre OPC. Pour renforcer cette tendance, il faudrait mettre sur pied un système d'assistance technique aux OPC des pays en développement prenant en compte les différentes initiatives de coopération bilatérales ou multilatérales. L'assistance technique pourrait se faire par l'intermédiaire de programmes de coopération régionale ou internationale fondés sur des estimations préliminaires auxquelles participent les pays bénéficiaires.




    Centre marocain de promotion des exportations (CMPE)

    • Mandat: promotion de l'exportation des services et des produits industriels et agroalimentaires.
    • Statut: institution publique sous la direction du Ministère de l'industrie, du commerce, de l'énergie et des mines.
    • Fondation: 1980.
    • Siège: Casablanca.
    • Collaborateurs: 64.

    • Caractéristiques: accueil de la 3e Conférence mondiale des OPC (Marrakech, 2000). (Pour obtenir une copie du compte rendu des travaux, vous pouvez contacter directement le CMPE.)


    Coordonnées: Centre marocain de promotion des exportations (CMPE),
    23, rue Bnou Majed El Bahar, 20000 asablanca, Maroc
    Tél.: +212 2 302210
    Fax: +212 2 301793
    E-mail: cmpe@cmpe.org.ma
    Site internet: http://www.cmpe.org.ma

    Lhoucine Agouzoul est Chef du Département Information commerciale, Centre marocain de promotion des exportations (CMPE); Mohamed Chahoub est Chef du Département Planification et recherche, CMPE; e-mail: cmpe@cmpe.org.ma

recherche