•  home fr
  •  

    L'usage des technologies : Ce que les exportateurs en disent

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2003

    Lors de l'élaboration de stratégies concernant le commerce électronique, les gouvernements devraient tenir compte des besoins des exportateurs. Voici les résultats d'enquêtes auprès d'exportateurs européens et nord-américains.

    En 2000 et 2002, la société de conseil Forrester Research, Inc., spécialisée dans les questions liées au commerce électronique, a interrogé plus de 50 cadres de multinationales sur l'emploi qu'ils font de l'internet et sur leurs projets pour les années à venir, notamment dans certains domaines que Forrester Research avait identifiés comme prometteurs. Il leur a aussi été demandé ce qu'ils considéraient comme les obstacles majeurs au commerce par internet. Dans une étude séparée, Forrester Research a examiné les pays qui ont énormément recours aux technologies pour leurs opérations d'import-export.

    Les pages qui suivent sont consacrées aux résultats de ces enquêtes. Nous soulignons ici quelques points d'intérêt pour nos lecteurs.

    Exporter par internet

    La grande majorité des exportateurs interrogés (82%) se servent de l'internet pour appuyer leurs opérations à l'exportation. Quand on leur demande si l'internet fera partie de leurs stratégies d'exportation futures, seuls 8% répondent que c'est sans importance.

    L'avenir du commerce électronique

    Forrester Research a demandé aux responsables commerciaux quelles activités d'exportation ils projetaient d'effectuer en ligne. Selon Bruce Temkin, Directeur de recherche de cette société, «la présence mondiale de l'internet, la normalisation des interfaces et la pression du marché vont pousser les exportateurs à investir dans la technologie pour augmenter leurs performances dans trois domaines clés: la finance, la conformité et les transports».

    La majorité d'entre eux pensaient d'abord à la rationalisation des transports. Une minorité importante évoquaient les applications en ligne afin d'identifier les coûts liés aux «frontières», tels que les taxes à la vente, douanières et tarifaires, ce que Forrester Research qualifie de «conformité». Certains encore avaient l'intention de créer ou d'améliorer les paiements et les systèmes de règlement en ligne.

    Transports. La plupart d'entre eux utilisent les technologies liées à l'internet pour apporter plus de rigueur dans la gestion des transports, 69% projetant le suivi des livraisons, 62% la coordination logistique, et 47% l'adjudication des transports.

    Conformité. Un peu plus d'un tiers (27%-39%) projettent d'utiliser les services en ligne pour identifier les droits de douanes, la classification et les normes appliquées aux produits, notamment. Les applications technologiques visent à collecter et systématiser des données importantes concernant les taxes pour faire des estimations plus précises.

    Finance. Un tiers d'entre eux seulement pensent traiter de questions financières en ligne (22%-34% selon la question) par exemple la vérification de la solvabilité des acheteurs, l'extension des lignes de crédit, la gestion des paiements et l'automatisation de la documentation financière.

    L'obstacle le plus important est l'intégration patrimoniale, soit quand une firme investit beaucoup dans des applications sur mesure coûteuses et rechigne à investir plus pour créer de nouvelles applications qui s'intègrent dans les systèmes existants. Les coûts des nouvelles technologies sont les empêchements qui viennent en deuxième position.

    Qui est concerné?

    Selon une enquête faite auprès de 50 cadres exécutifs de sociétés internationales sur les places de marché électroniques, Forrester Research prévoit que les pays où les compagnies sont leaders dans le commerce électronique vont dominer le marché sur l'internet.

    «D'ici à fin 2004, note M. Temkin, 19 pays tournés vers l'extérieur domineront le commerce par internet, représentant plus de 80% des imports-exports en ligne. Leurs compagnies vont créer une infrastructure et des normes internationales pour la vente, l'approvisionnement et la gestion de la chaîne logistique en ligne.»

    Qu'ils soient orientés vers l'extérieur ou vers l'intérieur, les pays qui apparaissent sur le tableau sont des acteurs sur la scène du commerce électronique. Même ceux qui se montrent tournés vers l'intérieur sont bien placés pour profiter des nouveaux débouchés à l'exportation ouverts par l'application des technologies. Bien que seul un échantillon limité ait été étudié, ces impressions proviennent de capitaines d'industrie «informés».

    Les pays en développement doivent se tenir au courant des tendances sur les places de marché électroniques. «Les marchés électroniques doivent être conçus pour répondre aux besoins des petites entreprises de la même branche ou de la même région», fait remarquer Nikolai Semine, Chef du Groupe du développement du commerce électronique du CCI. «Comprendre le pouvoir des marchés électroniques est le défi majeur des responsables des stratégies relatives au commerce électronique», renchérit John Gillies, Administrateur principal en formation (commerce) du CCI, chargé du programme E-Trade Bridge. Il pense que l'étude entreprise par Forrester Research apporte de nombreuses conclusions utiles et applicables aux PME.


    Commerce électronique: les utilisateurs, les gagnants

    Par Forrester Research, Inc.


    Source: Forrester Research, Inc.


    Source: Forrester Research, Inc.



    Source: Forrester Research, Inc.




    Source: Forrester Research, Inc.




    Source: Forrester Research, Inc.



    Natalie Domeisen est Rédactrice en chef de la revue Forum du commerce.



recherche