•  home fr
  •  

    Les plantes médicinales

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2001 

    Dans ce marché, il existe de bonnes perspectives de croissance pour les exportations des PMA. Le montant des ventes de médicaments à base de plantes a dépassé US$ 12,5 milliards en 1994 et US$ 30 milliards en 2000, avec un taux de croissance annuel se situant entre 5% et 15% selon la région. Le marché des suppléments d'herboristerie a connu une poussée encore plus forte, avec un taux de croissance annuel de 25% de 1990 à 1997.

    Le marché des médicaments à base de plantes dans les pays industrialisés - en particulier l'Europe et les États-Unis - est extrêmement réglementé et très difficile à conquérir, surtout pour les pays en développement et les PMA, dont les produits ne sont pas passés par les tests rigoureux que les industries pharmaceutiques de ces pays appliquent.

    Néanmoins, l'intérêt croissant pour les plantes médicinales a entraîné un commerce soutenu bien que principalement parallèle de produits à base de plantes, lesquelles sont souvent récoltées dans les PMA sur une base informelle qui a pour résultat des cueillettes abusives de variétés sauvages.

    Ainsi, il est impossible d'évaluer le commerce mondial de toutes les plantes médicinales. Une bonne part de ce négoce n'est pas enregistrée. De plus, les statistiques officielles ne traitent pas les variétés une à une ou ne spécifient pas leur usage. Les exportations totales des PMA enregistrées atteignaient le record de US$ 37 millions en 1998, avant de retomber à US$ 27 millions en 1999; elles se situent en moyenne à US$ 31 millions par année de 1995 à 1999.

    Les obstacles commerciaux 

    - Méconnaissance de l'offre. Presque aucun PMA n'a procédé à un inventaire des espèces ni tenté un écoulement durable sur la base d'une cueillette ou d'essais de cultures. Les perspectives de cultures restent encore à étudier. À l'heure actuelle, peu de PMA possèdent les ressources ou les compétences au niveau des institutions pour offrir des conseils en la matière, ou encore des mécanismes régulateurs pour fournir des produits de qualité élevée et constante. Le savoir-faire en ce qui concerne les techniques de transformation est également insuffisant, tout comme les processus de production durable.

    - Connaissance limitée des propriétés. On constate aussi une connaissance limitée des propriétés des plantes médicinales au-delà du savoir traditionnel et des croyances. Cela en restreint l'usage et la commercialisation.

    - Droits de propriété intellectuelle. Une question qui peut se révéler d'importance pour les exportateurs des PMA: la propriété intellectuelle. Les plantes ont été utilisées des siècles durant en médecine traditionnelle, mais elles ne peuvent pourtant pas être protégées par un brevet. Elles peuvent être enregistrées sous un nom de marque, avec des règles d'origine explicites. La connaissance concernant les droits de propriété intellectuelle (DPI) est réduite dans les PMA, tout comme l'accès aux systèmes DPI.

    Les solutions 

    - Perspectives, politiques et stratégies pour les PMA. Les PMA devraient songer à des cultures durables et à pénétrer les marchés dès les premiers stades de l'échelle de valeur en approvisionnant d'abord les industries des pays développés avec des matières premières non transformées. Ensuite, ils peuvent proposer des suppléments à base de plantes, avant de s'essayer au marché des remèdes d'herboristerie, strictement réglementé.

    - Exploration de techniques de ventes différentes. Les techniques de vente inédites, comme la vente par l'internet, sont possibles pour les PMA. Selon la revue Nutrition Business Journal, les ventes de suppléments alimentaires via le net se montaient à US$ 40 millions en 1998, soit une croissance de US$ 12 millions par rapport aux chiffres de 1997. Cela ne représente que le 0,3% du marché total des suppléments aux États-Unis, de US$ 13,6 milliards en 1998. Pourtant, le taux de croissance des ventes de suppléments sur l'internet est bien plus élevé que celui des magasins d'alimentation naturelle et des supermarchés, et de la vente par réseau coopté.

    Pour plus d'information, veuillez consulter le bulletin trimestriel du CCI Service de nouvelles sur le marché sur les plantes médicinales (résumé et abonnement, voir page 37). En ce qui concerne l'assistance technique du CCI, veuillez contacter Micaela Maftei, Administratrice principale pour les produits de base (maftei@intracen.org) 




    Les plantes médicinales et les maladies qu'elles soignent 

    Produits à base de plantes médicinales vendus dans les pays industrialisés 

    • Quinidine: supprime les battements cardiaques irréguliers; extrait de l'écorce de Cinchona sp.
    • quinine: combat la malaria; extrait de Cinchona sp.
    • pilocarpine: traite le glaucome; extrait de Pilocarpus sp. du Brésil
    • picrotoxine: utilisé partout dans le monde comme stimulant du système nerveux; extrait d'Anamirta sp.
    • L-Dopa: soigne la maladie de Parkinson; extrait de Mucuna sp.
    • bromélaïne: anti-inflammatoire extrait d'Ananas sp.

    • scopolamine: sédatif extrait de Datura sp.
    • Produits à base de plantes médicinales vendus principalement dans les pays en développement 

    • digitaline et digoxine: soignent le cœur; extraits de Digitalis sp.
    • atropine: dilate la pupille; extrait de belladone Atropa sp.
    • curare: détend les muscles (notamment en chirurgie); extrait de Chondrodendron sp.
    • éphédrine: décongestionne; extrait de Ephedra sp. de Chine
    • ipéca: émétique, soigne la dysenterie; extrait de Cephaelis sp. d'Amérique centrale
    • sennosides: laxatif extrait de Senna sp.


    Plantes médicinales utilisées en médecine traditionnelle dans certains PMA 

    Lesotho 

    1. La tuberculose est la première cause de décès; la médecine traditionnelle se sert dans ce cas de:

    • Alepidea amatymbica
    • Helichrysum capitatum en combinaison avec Scabiosa columbaria
    • Casearia aspera (considéré comme un psychotrope, commeCannabis sativa)

    2. Maladies courantes: Infections de l'appareil respiratoire supérieur

    • (Lengana) Artemisia afra

    Infections de la peau

    • Dicoma anomala

    Blessures

    • Geranium caffrum pour nettoyer les plaies

    3. Diarrhées et vomissements (chez les enfants)

    • Geranium caffrum

    4. Douleurs du corps générales, arthrite et rhumatismes

    • Malva parviflora

    5. Hypertension; diabète

    • Sutherlandia frutescens
    • Trifolium burchelianum
    • Melolobiun alpinium
    • Tephrosia semiglabra

    Malawi 

    1. Malaria

    • Aristolochia petersiana

    2. Anémie

    • Diverses Eulophia sp.

    3. Infections des voies respiratoires(pneumonie)

    • Cassia petersiana bolle

    4. Diarrhées

    • Acalypha sinensis

    5. Maladies infantiles (rougeole)

    • Ceratotheca sesamoides

    6. Maladies sexuellement transmissibles (en généra)

    • Tamarindus indica

    Syphilis

    • Cassia petersiana

    République-Unie de Tanzanie 

    1. Malaria

    • Cinchona succirubra
    • Cinchona ledgeriana
    • Cinchona hybrid
    • Artemisa afra
    • Azadirachta indica

    2. Diabète sucré

    • Centella asiatica
    • Runex urambarensis

    3. Épilepsie

    • Hyptis suaveolens
    • Vismianthus punctatus
    • Ficus bursei

    4. Gonorrhée

    • Ozoroa mucronata
    • Markhania obtusfolia

    5. Asthme

    • Grewia sulcata

    Zambie 

    1. Malaria

    • Dialiopsis africana
    • Pterocarpus angolensis

    2. Infection des voies respiratoires supérieures (bronchite)

    • Mangifera indica

    3. Diarrhée

    • Mangifera indica en combinaison avec Cassia abbreviata

    4. Malnutrition

    • Pterocarpus angolensis est utilisé pour soigner les ulcères de la bouche

    5. Maladies sexuellement transmissibles (gonorrhée)

    • Erythrina abyssinica


recherche