•  home fr
  •  

    Les femmes dans l'économie mondiale

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2004

    Défis

    Les responsables du commerce et du développement ignorent les femmes chefs d'entreprise.

    De nombreuses femmes chefs d'entreprise, quelle que soit la taille de la société qu'elles dirigent, ne font pas partie des cercles d'affaires que les stratèges connaissent et consultent. La majorité d'entre elles demeurent isolées dans des activités économiques marginales telles que les microentreprises. Dans certains pays, elles représentent jusqu'à 70% de ce type d'activité.

    Les organes liés au commerce - ministères, chambres de commerce, programmes de promotion de l'exportation et autres associations - ne s'adressent pas spécifiquement aux femmes, présumant que les organisations de femmes vont combler ce manque. Lorsqu'elle est disponible, l'aide à l'exportation peut ne pas parvenir à leur connaissance ou ne pas correspondre à leurs besoins. Ainsi, de nombreuses femmes entrepreneurs travaillent dans le secteur des services, alors que l'aide à l'exportation cible plutôt le commerce des marchandises.

    Les traditions peuvent aussi maintenir les femmes à l'arrière-plan et les empêcher de jouer un rôle plus important dans la vie économique, qu'il s'agisse de les dissuader de travailler hors de chez elles ou de lois, en vigueur dans certains pays, qui interdisent aux femmes l'accès à la propriété et les excluent ainsi de toute activité en dehors de toutes petites entreprises.

    Les femmes entrepreneurs font face aux difficultés que connaissent toutes les PME, telles que l'accès au crédit, aux contacts et à la formation, mais leurs problèmes sont amplifiés par leur manque d'accès aux réseaux qui leur permettraient d'être compétitives au sein du commerce mondial.

    Pourtant, l'expérience du CCI montre que, quand les femmes ont la possibilité de développer leur propre entreprise, les pays en bénéficient largement. Beaucoup de femmes exportatrices ne sont pas seulement des femmes d'affaires, mais aussi des «entrepreneurs sociaux». Elles démontrent un engagement dans le développement parallèle à leur dynamisme dans l'exportation. Il est donc raisonnable, tant pour les affaires que pour le développement, d'encourager les femmes à constituer leur entreprise.


    Solutions

    • Création de réseaux. Viser les groupements de femmes d'affaires dans les campagnes d'adhésion aux chambres de commerce, associations commerciales et professionnelles. Encourager les réseaux entre responsables gouvernementaux, experts internationaux et femmes entrepreneurs. Relier les groupes de femmes d'affaires afin d'améliorer la communication et la coopération.
    • Financement. Aller au-delà du microcrédit. Aider les institutions de crédit à évaluer les risques à l'exportation des femmes chefs d'entreprise, et enseigner à ces dernières comment faire leurs demandes de crédit.
    • Formation. Assurer que les femmes exportatrices aient accès à la formation par l'intermédiaire des associations de femmes d'affaires.
    • Visibilité. Diffuser les réussites de femmes exportatrices. Encourager les femmes à exceller dans le commerce international.
    • Appui social. Évaluer les besoins spécifiques des femmes dans le cadre de l'aide au commerce, qu'il s'agisse de congés maternité ou de soins aux enfants.
    • Technologies. Mettre en commun des ressources afin d'intégrer les TIC en vue d'une meilleure efficacité commerciale et d'atteindre de nouveaux marchés.


    Ce que le CCI peut faire

    • Le CCI intègre les femmes dans ses programmes de développement et améliore leur accès à l'assistance et à l'information commerciale. Il invite les associations de femmes d'affaires (dont il a réuni les coordonnées dans un répertoire) à ses séminaires sur l'exportation de services, augmentant ainsi leur participation de 4% à 20%.
      En 2004, le Forum exécutif du CCI sur les stratégies nationales d'exportation a étudié l'intégration systématique des femmes dans les stratégies d'exportation. Le Programme d'appui au renforcement des capacités de commerce international au service de l'Afrique mis sur pied conjointement avec le Bureau de promotion du commerce Canada, aide les associations de femmes en Afrique subsaharienne à s'intégrer aux réseaux de commerce et à acquérir des compétences dans la gestion à l'exportation.
      Le CCI procède à des études de genre pour des projets, notamment dans le domaine de la réduction de la pauvreté. Il aide les femmes entrepreneurs dans les secteurs de l'artisanat, des textiles et vêtements, des produits agricoles et des services, afin d'améliorer leurs possibilités commerciales grâce aux TIC.
    • Le CCI aborde les questions concernant le rôle des femmes d'affaires dans le développement social et économique par des publications et des études spécifiques.
     



recherche