•  home fr
  •  

    Les Objectifs de développement pour le millénaire favorisent le commerce

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2003

    Une interview d'Eveline Herfkens pour la revue Forum.

    En quoi consistent les Objectifs de développement pour le millénaire?

    Ils invitent 189 pays à atteindre huit objectifs de développement d'ici à 2015. Les chefs d'État s'y sont engagés en septembre 2000, sous les auspices des Nations Unies.

    En quoi ces objectifs ont-ils un rapport avec le développement du commerce?

    Tout d'abord, il était important que les gouvernements se responsabilisent au plus haut niveau. Chez eux, leur électorat peut les en tenir pour responsables.

    Ensuite, l'accomplissement de ces objectifs est une condition préalable pour le commerce et affecte directement le développement du commerce. Réduire la pauvreté (objectif 1) a trait au commerce, puisque le développement ne va pas se produire grâce à la charité. C'est l'esprit d'entreprise qui va être déterminant, par le biais d'emplois et de revenus. Assurer l'éducation primaire, l'égalité des sexes, un environnement durable et la santé (objectifs 2 à 7) établit les conditions pour que le secteur privé puisse se développer et commercer.

    L'engagement à assurer un système commercial ouvert (objectif 8) est directement impliqué. Deux choses sur lesquelles porter toute l'attention sont le pourcentage d'aide octroyée au renforcement de la capacité commerciale (indicateur de progrès 41) et le déliement de l'aide (indicateur 35).

    L'assistance au commerce peut par exemple aider les producteurs pauvres à remplir les normes du marché, alors que le déliement de l'aide peut doubler son effet en permettant aux fournisseurs des pays en développement de faire des offres. Nous devrions rendre obligatoires des initiatives visant l'accès aux marchés telles que Tout sauf les armes (EBA) ou la Loi américaine sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA). L'harmonisation est également importante: les accords d'accès aux marchés sont un véritable imbroglio de règles.

    Pourquoi les milieux d'affaires devraient-ils s'engager à remplir les objectifs de développement du commerce?

    Une des raisons pour lesquelles les pays en développement ont obtenu de mauvais arrangements lors du Cycle d'Uruguay fut parce que la présence du secteur privé était trop faible au sein des délégations. Maintenant encore, je suis effarée de constater comme les milieux économiques s'investissent peu dans la défense des intérêts des entreprises.

    Ce n'est pas pour rien que les gouvernements sont conseillés par les entreprises des pays de l'OCDE. Si le système penche en faveur de ces derniers, c'est en partie parce que les pays en développement ne se sont pas suffisamment organisés et qu'ils n'ont pas assez investi. Les milieux d'affaires des pays en développement devraient donner un signal d'alarme aux gouvernements quant à l'importance de consacrer du temps et de l'argent pour stimuler les exportations.

    Quels sont les domaines sur lesquels les pays en développement devraient se concentrer?

    Pour n'en citer que quelques-uns, les pays en développement n'ont pas assez participé aux réunions où les normes sont établies. Nombreux sont ceux qui ne possédaient pas d'ambassadeurs auprès de l'OMC, alors que d'autres pays en avaient même si ce n'était pas important pour eux. En ce qui concerne les ADPIC (aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce), les milieux d'affaires devraient exiger une clause pour protéger ou rémunérer le savoir traditionnel. Dans un numéro récent de votre revue Forum consacrée au droit du commerce, vous avez cité l'histoire d'Antonio Meucci, pauvre immigrant aux États-Unis, qui vient d'être reconnu comme le véritable inventeur du téléphone, en lieu et place d'Alexander Graham Bell, qui en avait déposé le brevet et s'était enrichi grâce à cela. Le cas de Meucci se répète aujourd'hui dans les pays en développement.

    Que peuvent faire les groupements d'intérêt économiques?

    Dans les pays en développement, les milieux économiques devraient collaborer plus étroitement avec leurs gouvernements et les rendre responsables. Ils devraient aussi se servir de leurs contacts avec leurs homologues dans les pays riches pour que ces derniers plaident auprès de leurs autorités en faveur d'un système commercial ouvert. Les gouvernements ne sont pas prêts à écouter les suggestions qui proviennent de l'extérieur, mais ils tiennent compte de leur lectorat.

    Dans les pays industrialisés, toute entreprise importante qui exporte vers les pays en développement a intérêt à ce qu'ils soient en croissance. Les milieux économiques des pays en développement devraient également s'exprimer plus. J'ai été heureusement surprise lorsque les dirigeants de grandes sociétés transnationales anglaises se sont joints à Oxfam pour faire connaître la nécessité que le Programme de Doha pour le développement génère des débouchés et mette fin aux subsides agricoles. Hélas, c'est un cas unique de prise de position politique dans ce sens.

    Eveline Herfkens est Coordinatrice exécutive de la campagne Objectifs du millénaire pour le développement auprès du Secrétaire général des Nations Unies. Auparavant, Mme Herfkens a été Membre du Parlement des Pays-Bas, Ambassadrice auprès des Nations Unies et de l'OMC et Ministre de la Coopération au développement.


    Objectifs de développement de l'ONU pour le millénaire

    1. Réduire l'extrême pauvreté et la faim

    - Réduire de moitié la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour

    - Réduire de moitié la proportion de la population qui souffre de la faim

    2. Assurer l'éducation primaire pour tous

    - Donner à tous les enfants, garçons et filles, les moyens d'achever un cycle complet d'études primaires

    3. Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

    - Eliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d'ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l'enseignement en 2015, au plus tard

    4. Réduire la mortalité infantile

    - Réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans

    5. Améliorer la santé maternelle

    - Réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle

    6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies

    - Stopper la propagation du VIH/sida et commencer à inverser la tendance actuelle

    - Maîtriser le paludisme et d'autres grandes maladies, et commencer à inverser la tendance actuelle

    7. Assurer un environnement durable

    - Intégrer les principes du développement durable dans les politiques nationales; inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources environnementales

    - Réduire de moitié le pourcentage de la population qui n'a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable

    - Améliorer sensiblement la vie d'au moins 100 millions d'habitants de taudis, d'ici à 2020

    8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

    - Poursuivre la mise en place d'un système commercial et financier multilatéral ouvert, fondé sur des règles, prévisible et non discriminatoire. Cela suppose un engagement en faveur d'une bonne gouvernance, du développement et de la lutte contre la pauvreté, aux niveaux tant national qu'international

    - S'attaquer aux besoins particuliers des pays les moins avancés. La réalisation de cet objectif suppose l'admission en franchise et hors contingents de leurs exportations, l'application du programme renforcé d'allégement de la dette des pays pauvres très endettés, l'annulation des dettes bilatérales envers les créanciers officiels, et l'octroi d'une aide publique au développement plus généreuse aux pays qui démontrent leur volonté de lutter contre la pauvreté

    - Répondre aux besoins particuliers des États enclavés et des petits États insulaires en développement

    - Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement par des mesures d'ordre national et international propres à rendre leur endettement viable à long terme

    - En coopération avec les pays en développement, créer des emplois décents et productifs pour les jeunes

    - En coopération avec l'industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement

    - En coopération avec le secteur privé, mettre les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l'information et de la communication, à la portée de tous

    Pour plus d'information, veuillez consulter le site http://www.un.org/french/milleniumgoals/


    C'est Natalie Domeisen (domeisen@intracen.org), Administratrice principale pour l'information publique du CCI, qui a interviewé Mme Herfkens pour Forum du commerce.


recherche