•  home fr
  •  

    Le commerce Sud-Sud

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 2/2007, © Centre du commerce international 
     

    © Still Pictures/ R. Giling 

    Réduire les obstacles intrarégionaux 

    La récente recherche de l'OCDE montre que les bénéfices potentiels de la libéralisation du commerce Sud-Sud peuvent être au moins aussi importants que les bénéfices dégagés par un meilleur accès des pays en développement aux marchés des pays riches (commerce Nord-Sud). Les accords commerciaux intrarégionaux en Amérique latine et aux Caraïbes, tels que MERCOSUR et CARICOM, favorisent le commerce entre pays voisins. Par exemple, au cours des 30 dernières années, le commerce intérieur sur le marché commun andin a progressé cinq fois plus vite que le commerce extérieur. (Source: Oxfam)

               
    © Photo Bianco 
        

    Nouvelles destinations des investissements

    «Pendant des années, nous avons observé une forte croissance des prêts à l'Afrique; ils se montent actuellement à US$ 200 millions par an et devraient atteindre US$ 300 millions en 2007.»

    Nik Najib Husain, Directeur adjoint, Département pour la promotion et le financement du commerce, Banque islamique de développement, Arabie saoudite


     
               
                 

     

    Partenariat numérique

    «La coopération Sud-Sud a toujours été une composante importante de la politique indienne, et dans ce cadre, nous créons un partenariat avec l'Afrique fondé sur des avantages mutuels et non une relation donateur-bénéficiaire. Nous avons partagé de nombreuses installations de formation et expertise. Nous avons récemment lancé un ambitieux projet de création d'un e-réseau pan-africain permettant à 53 pays africains de tirer parti de la télé-éducation et de la télé-médecine. Nous devons explorer l'immense potentiel de liens commerciaux interrégionaux.»

    Nutan Kapoor Mahawar, Première secrétaire, Mission permanente de l'Inde auprès de l'Office des Nations Unies à Genève




     
        
    © Photo Bianco 
               
              
     

    © Photo Bianco 
        

    Les pays sans littoral: défi plutôt que fatalité

    «L'absence de littoral tient plus du défi que de la fatalité. Elle induit des problèmes physiques et infrastructurels mais aussi psychologiques en termes de politique commerciale - qui en retour influent sur les entreprises et les micro-entreprises. La fatalité n'a aucun rôle. Nous pouvons changer les choses et nous nous y attelons.»

    Sambuu Demberel, Président et Directeur général, Chambre nationale de commerce et d'industrie mongole.


     
               



recherche