•  home fr
  •  

    Le Forum exécutif sur les stratégies

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 3/2003

    Échange de vues lors du Forum exécutif.

    Cette année, tenant compte du Programme de Doha pour le développement, le CCI a centré le débat du Forum exécutif sur le thème «Les affaires favorisent le développement: les implications pour les responsables de la stratégie d'exportation». Cette rencontre s'est déplacée de Montreux, en Suisse, à Cancún, au Mexique.

    La réunion a eu lieu du 6 au 9 septembre, précédant la 5e Conférence ministérielle de l'OMC. Bancomext, la banque mexicaine spécialisée dans le commerce extérieur, l'Agence suédoise de coopération pour le développement international et le Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement (Pays-Bas) se sont joints au Secrétariat d'État à l'économie de la Suisse (seco) pour accueillir cette rencontre.

    Analyse de la stratégie

    Cinquante-quatre équipes, nombre record, y ont participé, chacune comprenant un cadre du secteur public et un chef de file des milieux économiques, souvent membres de la délégation de leur pays à la Conférence de l'OMC qui a suivi.

    Étant donné la dynamique des négociations du Programme de Doha, le débat fut animé, voire agité. Il fut mis en avant la nécessité de trouver un équilibre entre les négociations sur l'accès aux marchés et les efforts en vue de développer la capacité d'approvisionnement, équilibre qui demeure souvent absent de l'approche visant le développement de la compétitivité nationale. En écho aux consultations du CCI préalables à «Business for Cancún», les participants ont également repéré les lacunes du secteur privé pour défendre efficacement les intérêts commerciaux des entreprises comme facteur limitatif pour la compétitivité à long terme. Ils ont mentionné également la faiblesse des partenariats public-privé, ainsi que l'idée fixe des stratèges que les investissements étrangers directs gonflent forcément les exportations, au lieu de favoriser les alliances d'exportateurs parmi les firmes locales.

    Lier les exportations au développement

    La discussion la plus animée a porté sur les tentatives de concilier, dans le cadre de la stratégie nationale d'exportation, les objectifs éventuellement conflictuels de la compétitivité et de l'efficacité avec le développement durable et le bénéfice partagé. La question de savoir si, dans le marché international compétitif d'aujourd'hui, «Business for Development» représente un objectif réaliste pour les responsables stratégiques a été approfondie. Et les participants ont exprimé des avis partagés pour ou contre une proposition plaçant le développement comme moteur essentiel de la stratégie nationale.

    Certaines délégations des PMA ont mené activement le débat sur le concept, et les approches pratiques, d'une stratégie d'exportation «au service des plus pauvres». M. Sok Siphana, Secrétaire d'État au commerce du Cambodge, a assuré le succès d'une telle approche, avec le soutien d'entrepreneurs favorables au développement dans des secteurs allant de la culture écologique des épices à la production d'huiles essentielles ou de sièges de voitures.

    S'occuper du tourisme

    Le thème du tourisme en tant que possibilité de développement et d'exportation est venu compléter une discussion plus vaste cherchant à expliquer pourquoi les économies en développement et en transition peinent à tirer parti de leur potentiel d'exportation de services, en abordant les questions fondamentales de la gestion du tourisme et des pressions exercées par la concurrence dans le monde. Rodolfo Elizondo, Secrétaire d'État au tourisme du Mexique, et Francesco Frangialli, Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme, ont ouvert le débat. Ken Robinson et Wally Olins, spécialistes reconnus du tourisme durable et de la stratégie nationale de marque, ont mis l'accent sur les décisions cruciales que les stratèges doivent envisager.

    Acquérir des compétences électroniques

    L'importance de l'électronique pour la compétitivité des économies en développement et en transition et pour permettre aux PME de se positionner sur la scène internationale a été l'objet d'une séance animée. Les responsables stratégiques doivent accentuer le lien entre la technologie, les succès à court terme et la viabilité à long terme. Les discussions ont renforcé la position soutenant que les petites entreprises des pays en développement peuvent adopter l'électronique pour leurs opérations commerciales, malgré les limitations des infrastructures nationales, et que les réussites sont susceptibles de se reproduire et d'être exportées.

    Réexaminer l'assistance technique

    Le Forum exécutif s'est conclu par un débat sur la manière dont les agences techniques de coopération comme le CCI devraient ajuster leur assistance technique pour remplir les objectifs de «Business for Development». Des recommandations ont été présentées, qui vont influencer l'approche du CCI dans la livraison de l'appui technique et serviront de base pour un dialogue continu avec les responsables de la stratégie nationale d'exportation et les donateurs.

    Un des résultats immédiats des discussions tenues à Cancún est l'engagement à collaborer plus étroitement avec les équipes chargées de la stratégie nationale d'exportation afin de passer en revue les approches existantes de développement de l'exportation et d'élaborer de nouvelles stratégies d'exportation. En raison du vif intérêt exprimé, rendez-vous a été pris en novembre à Genève, pour une réunion de consultation sur la gestion du processus d'élaboration de la stratégie nationale d'exportation; vingt représentations y ont participé afin de développer une stratégie début 2004. Cela devrait apporter abondance d'expériences et d'enseignements pour le Forum exécutif 2004.


    Brian Barclay (barclay@intracen.org) est Coordonnateur du Forum exécutif. Pour plus d'information, veuillez le contacter ou consulter le site internet du Forum exécutif (http://www.intracen.org).




recherche