•  home fr
  •  

    Le CCI sous la loupe

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 2/2003

    Les résultats du CCI au cours de ces 15 derniers mois donnent un avant-goût de la suite des événements.

    Dans un contexte de changement pour l'assistance technique liée au commerce, les résultats du CCI dans le développement du commerce aident à formuler une vision pour l'avenir. Cette vision repose sur la croissance dans des spécialisations de niche, une assistance technique novatrice et des effets sensibles sur le terrain, cela tout en mettant l'accent sur de nouveaux partenariats dans un souci d'efficacité.

    Les points forts de 2002

    L'examen complet des activités du CCI durant l'année écoulée se trouve dans le Rapport annuel 2002. En voici une sélection. En 2002, le CCI a:
    • commencé l'application de son Programme de réduction de la pauvreté tirée par les exportations en vue de soutenir des initiatives communautaires et de faciliter les réussites au niveau des pays. Le CCI est présent dans dix pays et se réjouit d'augmenter ce nombre;
    • lancé la deuxième phase de son Programme de promotion du commerce Sud-Sud;
    • inauguré une nouvelle activité d'appui technique avec le Salon des outils de compétitivité du CCI;
    • créé une Unité du commerce électronique pour coordonner la stratégie de développement du commerce électronique;
    • élaboré le premier modèle de contrat de joint-venture à l'usage des PME des pays en développement et en transition;
    • augmenté son assistance sur le terrain pour le Cadre intégré (CI). Il participe actuellement à des projets nationaux dans 19 pays du CI, et
    • achevé la phase pilote de son programme d'aide aux services d'exportation. Le CCI peut à présent compter sur une base technique solide pour mettre en œuvre un programme plus vaste qui pourrait devenir le point de départ de la croissance des activités de coopération technique.
    Dans une large mesure, les résultats du CCI ont pu être obtenus grâce à la réponse positive des donateurs et à un dialogue constructif et ouvert avec les bénéficiaires et les donateurs. Le crédit va aussi au personnel du Centre, qui a relevé le défi de tâches toujours plus ardues, continué d'élaborer de nouvelles idées et fait preuve d'initiative tout en sachant travailler en équipe.

    Coup d'œil sur 2003

    Lors de la réunion annuelle d'avril, le CCI a fait part des développements poursuivis début 2003, parmi lesquels il a:
    • participé au lancement de la deuxième phase du JITAP, grâce aux Gouvernements du Canada, du Danemark, de la Finlande, de la France, de la Norvège et de la Suède, qui ont déjà engagé la moitié du budget total nécessaire à l'application de ce programme de quatre ans. Le nombre des pays bénéficiaires va doubler à 16 dès la phase initiale de JITAP II;
    • mis sur pied Business for Cancún en vue de renforcer les partenariats des secteurs public et privé pour la préparation de la Conférence ministérielle de l'OMC en septembre 2003. Grâce à l'engagement de spécialistes de l'OMC et de la CNUCED, le CCI a organisé des séminaires régionaux en Asie, en Afrique australe, en Amérique latine, en Europe centrale et orientale, dans les Caraïbes et en Afrique de l'Ouest;
    • lancé la phase pilote d'un nouveau programme de plusieurs millions de dollars, le Partenariat africain pour le renforcement des capacités (PACT). Couvrant au départ quatre pays africains ­­- auxquels s'ajouteront dix autres -, cette «joint-venture» avec le Bureau de promotion du commerce du Canada soutient l'Initiative d'accès aux marchés du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), grâce notamment à des outils de promotion commerciale éprouvés; il constitue un complément parfait pour le CI et le JITAP;
    • commencé un programme de développement de la stratégie nationale d'exportation en partenariat avec les secteurs public et privé de la Jamaïque, du Kenya, de Sainte-Lucie et du Sri Lanka;
    • introduit les applications financières du Système intégré de gestion (Integrated Management Information System, IMIS) développé par les Nations Unies. Conçu pour maximiser l'efficacité et la transparence et pour assurer l'imputabilité, l'IMIS est le seul système d'information comptable utilisé par le CCI. Ce système a occasionné des changements importants dans le flux de travaux et a été adopté avec succès par le CCI, et
    • terminé la première étape de remodelage du site internet du CCI, afin de le rendre plus accessible, surtout pour la clientèle francophone ou hispanophone. L'assistance technique du CCI peut effectivement être apportée grâce à une «cybercollaboration» partout où elle est nécessaire.

    Maintenir le cap

    Pour maintenir son cap d'une moyenne de 20% de croissance annuelle de ses prestations en 2003, le CCI doit travailler sur des bases claires et faire des progrès concrets. Il doit présumer que ses ressources extrabudgétaires et son budget courant vont augmenter en conséquence, et avoir une idée précise sur ses activités.

    Le «pense-bête» du CCI comprend les projets nationaux et régionaux, l'expansion de certains programmes en forte demande et quelques activités spéciales. Ainsi, il cherche à élargir son programme World Tr@de Net, à adapter l'initiative d'accompagnement Business for Cancún et à les combiner avec la série des TradeMaps et des programmes de gestion de la qualité pour aboutir à un «Competitive Package» destiné aux PME.

    Le CCI va remplir, voire aller au-delà de ses engagements lors de la deuxième étape du JITAP et du CI.

    Il espère pouvoir exploiter tout le potentiel des programmes qui démarrent sur la stratégie nationale d'exportation, les services à l'exportation et la réduction de la pauvreté tirée par les exportations.

    Il désire mieux comprendre la contribution qu'il pourrait apporter à la commercialisation du tourisme dans les pays en développement et en transition qui ont choisi cette voie pour compenser leur manque de biens d'exportation. Le CCI étudie ce potentiel avec l'Organisation mondiale du tourisme.

    De plus, il travaille à de grands projets qui se déploieront dans les mois à venir.
    • En collaboration avec le Secrétariat d'État à l'économie (seco) de la Suisse et Bancomext (Mexique), le CCI prépare le prochain Forum exécutif qui, exceptionnellement, déménagera de Montreux, en Suisse, à Cancún, avec pour thème «Les affaires favorisent-elles le développement», durant les trois jours précédant la Conférence ministérielle de l'OMC.
    • En association avec InfoDev, de la Banque mondiale, et le seco, le CCI prépare une contribution pratique pour la réunion du Sommet mondial sur la société de l'information, qui se tiendra à Genève en décembre 2003.
    • Avec la Malta External Trade Corporation (METCO), le CCI mettra sur pied la 5e Conférence mondiale des OPC, à Malte, en octobre 2004.

    40e anniversaire du CCI

    Enfin, le CCI pense déjà à la célébration, l'an prochain, de son 40e anniversaire. Il aimerait profiter de l'occasion pour remercier tous ceux qui ont construit le Centre et mettre en place une activité de longue durée pour le développement du commerce.

    Dans ce contexte, le CCI se réjouit de lancer son «Trade Fellowship Programme» destiné aux jeunes collaborateurs d'institutions d'appui au commerce des pays en développement et en transition. Durant des années, le CCI a mené à bien un programme apprécié de stages en entreprise. Toutefois, étant donné le coût des déplacements et de la vie à Genève, presque tous les participants viennent de pays industrialisés. L'un des espoirs associé avec le 40e anniversaire du CCI est de mettre sur pied un programme de bourses à court terme pour de jeunes experts commerciaux des pays pauvres qui pourraient ainsi développer des solutions originales à leurs problèmes de développement du commerce. Le CCI invite les parties intéressées à aider à concrétiser ce rêve.

    Le CCI a encore beaucoup à apprendre mais, à 39 ans, il est devenu une organisation sobre et confiante. Il compte sur ses partenaires pour faire encore beaucoup de projets, afin de confirmer l'adage: «La vie commence à 40 ans.»


    Cet article est une adaptation du discours d'ouverture de J. Denis Bélisle lors de la 36e réunion du Groupe consultatif commun au Centre du commerce international, Genève, en avril 2003.



recherche