•  home fr
  •  

    L'assistance technique liée au commerce est-elle efficace?

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2005

    Le CCI s'est fait l'avocat du développement du commerce qui a suscité le débat lors de la dernière réunion informelle du Groupe consultatif commun.

    Les projets du CCI aident les pays à générer des emplois et des revenus pour les communautés pauvres, font du commerce Sud-Sud une réalité, permettent aux pays africains d'intégrer le commerce mondial et dynamisent les exportations de Bolivie et du Ghana.

    Le CCI a promu ces projets et préparé le terrain pour un réel débat lors des présentations faites devant les pays donateurs et bénéficiaires et ses collègues de la CNUCED et de l'OMC lors de la 6ème réunion informelle du Groupe consultatif commun (Genève, novembre 2004).

    Liens tangibles entre commerce et développement

    Les présentations et les nouvelles vidéos sur le développement du commerce ont suscité de vives discussions entre les participants issus de missions diplomatiques de Genève et des capitales des pays développés et en développement sur les points suivants:

    • Réduction de la pauvreté par l'exportation. Le premier des Objectifs du Millénaire des Nations Unies exige que tous les pays, pauvres et riches, luttent contre la pauvreté. Le CCI vient de lancer un programme en vue d'intégrer les communautés pauvres dans la chaîne de valeur des exportations de biens et services. Les pays en développement et les donateurs ont loué cette approche qui pour beaucoup montre le lien tangible entre commerce et réduction de la pauvreté.
    • Promotion du commerce Sud-Sud. Les pays en développement offrent d'intéressantes opportunités de commerce transfrontalier. Pour de nombreuses petites entreprises, les échanges avec un partenaire d'un pays voisin constitue le premier pas vers l'intégration aux marchés internationaux. Sans une infrastructure efficace de promotion du commerce, les opportunités peuvent être difficiles à identifier et les plates-formes de négociation font défaut. Les rencontres acheteurs/vendeurs du CCI permettent de pallier ces défaillances.
    • Programmes de développement national intégrés. Le CCI dispose de projets intersectoriels en vue d'atteindre un maximum de personnes. Il opère dans un pays pendant plusieurs années afin de mieux cerner les problèmes d'exportation. Cette approche a porté ses fruits en Bolivie où le CCI a contribué au développement du secteur des noix du Brésil, dynamisant les exportations et générant des revenus pour les communautés rurales. Sans une présence ancienne dans le pays, le CCI aurait choisi un autre marché porteur.

    Au Ghana, le succès est aussi là. L'histoire des exportations horticoles ghanéennes semble trop belle; au second semestre de 2004, les ventes ont représenté €10 millions et elles devraient atteindre €30 millions en 2005. C'est l'aboutissement d'une collaboration de 10 ans entre le CCI et les partenaires clés visant à diversifier les exportations et générer des revenus pour les pauvres des régions rurales. Témoignant des résultats d'une collaboration efficace et du renforcement de la capacité nationale, les représentants ghanéens ont répondu aux questions de l'auditoire de façon convaincante.

    • Programmes de développement multi-agences. Le Cadre intégré et le Programme intégré conjoint d'assistance technique aident les pays en développement, notamment les pays les moins avancés d'Afrique, à intégrer le système commercial mondial. La présentation du CCI a montré que ces initiatives peuvent se compléter efficacement et coordonner les activités de développement du commerce des organisations impliquées et autres partenaires.

      Hendrik Roelofsen, Directeur de la Division de coordination de la coopération technique du CCI, a déclaré: «Nous avons prouvé le solide potentiel entrepreneurial des individus et des groupes en Afrique, Asie et Amérique latine et il ne demande qu'à s'exprimer. Mais pour cela, il faut une assistance commerciale technique bien conçue et efficacement mise en œuvre.» 

    La réunion informelle du Groupe consultatif commun du CCI a lieu tous les ans en novembre et complète la réunion annuelle d'avril ou mai. Elle témoigne du travail accompli par une des 3 divisions techniques à tour de rôle. Cette année, l'accent a été mis sur la division qui coordonne les projets de développement du commerce aux niveaux national et régional (Division de coordination de la coopération technique).

    Pour plus d'information sur le CCI, visitez le site internet: http://www.intracen.org





recherche