•  home fr
  •  

    Etude de cas 3: La stratégie nationale d'exportation de l'Ouganda

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 4/2009 
     

    © ITC 

    Lorsque le Gouvernement de l'Ouganda s'est engagé à développer une stratégie nationale d'exportation en 2007, il a cherché à y associer le secteur privé. Grâce à l'appui technique de l'ITC et financier du Secrétariat du Commonwealth, un groupe de travail national a été créé afin de développer une SNE favorable aux pauvres. Il en est résulté une stratégie qui intègre le développement des exportations dans tous les aspects du développement national et renforçant le rôle économique des femmes.

    L'équipe de la stratégie qui a appliqué la méthodologie de l'ITC, regroupait 12 membres du Conseil ougandais de promotion des exportations (UEPB), de l'Autorité nationale de planification, de la Fondation du secteur privé, du Bureau national ougandais de statistiques et des Ministères de l'agriculture, du commerce et de l'industrie. Tout au long de l'élaboration, près de 200 parties prenantes, regroupant des institutions publiques et privées, des entreprises, des ministères, le Parlement, des représentants des districts et des agences donatrices, ont participé via la consultation et des ateliers organisés par l'équipe.

    Six secteurs - café, poisson, thé, coton et textiles, fleurs et services - ont été jugés prioritaires et six autres (fruits et légumes, produits laitiers, céréales et légumes secs, ingrédients naturels, artisanat commercial et produits à valeur ajoutée) ont été sélectionnés pour y promouvoir la diversification des exportations. Avec le déséquilibre des échanges commerciaux généré par la hausse des importations, la SNE était nécessaire pour diversifier et renforcer les exportations.

    Le secteur privé a été un acteur à part entière de la SNE, principalement via les associations représentatives. La réponse a été positive et les réactions ont montré qu'il estimait que le processus avait renforcé le sentiment de partenariat entre public et privé. John Kavuma, Président de la Fédération des associations d'exportateurs ougandais, a déclaré: "Nous étions satisfaits de voir que le secteur privé était reconnu et impliqué. Nous avons participé à l'ensemble du processus et nous avons été consultés sur les projets."

    L'UEPB a fait état d'une hausse importante des exportateurs agréés depuis le lancement de la SNE due au fait que le privé est mieux informé des opportunités d'exportation et reçoit un solide appui de l'UEPB et d'autres institutions d'appui au commerce (IAC). La stratégie a aussi permis de rationaliser le travail des IAC par une redéfinition des rôles et de la distribution des responsabilités des parties prenantes.

    Former une femme, c'est former un pays

    La dimension féminine de la SNE renforce le rôle économique des femmes. Ceci "a amélioré la visibilité des femmes entrepreneurs," selon Prisca Mashengyero de l'Association des femmes entrepreneurs d'Ouganda (UWEAL).

    En Ouganda, près de 40 pour cent des entreprises privées appartiennent à des femmes. Considérant le rôle des femmes dans l'économie, le Gouvernement a réexaminé la SNE en 2008 dans le but de créer un secteur d'exportation dynamique et compétitif avec la participation des femmes. Le Gouvernement a de nouveau sollicité l'ITC et invité UWEAL à partager son expérience et ses propositions d'action. Il en est ressorti un plan en 18 points basé sur les directives de l'ITC concernant les stratégies d'exportation attentives aux disparités entre les genres; ce plan entend notamment:

    • Créer un financement des exportations à long terme accessible aux femmes
    • Examiner et moderniser la Loi agraire afin de donner aux femmes un meilleur contrôle et une égalité sur les questions liées à la terre
    • Renforcer la capacité des femmes rurales à augmenter les volumes de production, la qualité et les prix
    • Développer et renforcer les regroupements dans les secteurs offrant aux femmes un potentiel élevé d'exportation.

    De nouveau, le secteur privé a été totalement associé au développement des composantes de genre de la SNE via des séances de travail, des réunions de parties prenantes et un symposium national pour valider le projet de stratégie. L'ITC travaille actuellement avec les autorités ougandaises sur trois des quatre secteurs prioritaires: café, artisanat commercial et tourisme.



     
recherche