•  home fr
  •  

    Cadbury se lance dans le commerce équitable

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 4/2009 
     

    © Fairtrade International Harriet Lamb, Directrice de Fairtrade International RU et Todd Stitzer, PDG de Cadbury.

    Assis sur un tronc d'arbre d'une plantation de cacao du Ghana, le Directeur général de Cadbury, Todd Stitzer, et la Directrice de la Fondation Fairtrade RU, Harriet Lamb, discutent de leurs objectifs commerciaux respectifs. Ils évoquent des histoires de planteurs comme celle de Benjamin Atiemo du village d'Adjeikrom, dont les enfants sont partis dans la capitale Accra chercher du travail. Ils ne sont pas les seuls enfants à avoir abandonné la culture des cacaoyers. Le travail est dur et la chaleur étouffante, le rendement des vieux cacaoyers s'amenuise et malgré la hausse des prix du marché mondial, les revenus des planteurs n'ont pas suivi la flambée des prix des denrées alimentaires locales et du carburant.

    C'est une des raisons pour laquelle Cadbury a lancé en 2008 un Partenariat pour le cacao - doté d'un financement sur dix ans de £45 millions ($E.-U. 73 millions) en faveur de la culture durable du cacao au Ghana, en Asie du Sud-Est, en Inde et dans les Caraïbes. Au Ghana, le partenariat s'est associé à des ONG locales, telles que CARE, VSO (Voluntary Service Overseas) et Vision Mondiale afin de travailler avec 100 communautés cacaoyères à l'amélioration des pratiques agricoles locales et des services de base. Car, comme le précise M. Stitzer à Mme Lamb, "Sans fèves de cacao, impossible de fabriquer des barres chocolatées" L'investissement de Cadbury n'a pas vocation philanthropique mais commerciale.

    L'autonomisation des planteurs est désormais considérée comme une composante essentielle de l'approche envisagée par Cadbury. Et c'est ici qu'intervient Fairtrade. Fort d'une expérience de dix ans acquise auprès des planteurs de cacao ghanéens, le mouvement Fairtrade a prouvé qu'en organisant de façon démocratique des groupes de planteurs, tels que ceux de la coopérative Kuapa Kokoo, les bénéfices dégagés par la stabilité des prix et les primes peuvent être investis collectivement pour améliorer l'efficacité énergétique, construire un système d'approvisionnement en eau, créer des programmes d'entreprise pour les femmes et les jeunes, et équiper les écoles locales.

    Il s'agit d'un exemple unique d'appropriation de la fabrication du cacao par les planteurs, qui sont devenus le principal actionnaire de Divine Chocolate, marque de chocolat Fairtrade vendue au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Scandinavie. La croissance a été soutenue tout au long de la dernière décennie; Fairtrade regroupe actuellement 746 organisations de producteurs issues de 59 pays pour une valeur au détail estimée à $E.-U. 4,2 milliards, mais beaucoup reste encore à faire. Le cacao Fairtrade est produit par 47 organisations certifiées de producteurs de cacao, soit plus de 50 000 planteurs répartis dans 16 pays.

    L'année dernière, plus de 10 000 tonnes de fèves de cacao ont été vendues sous le label Fairtrade. Mais cette année, le chocolat équitable est un produit de niche. Kuapa Kokoo par exemple a vendu moins de 10 pour cent de sa production sous le label Fairtrade. La seule façon pour Fairtrade d'augmenter le montant reversé aux producteurs est d'élargir la taille de ce marché. Pour cela, il faut développer des partenariats collaboratifs avec les grands fabricants de chocolat tels que Cadbury.

    La certification Fairtrade accordée au produit phare de la marque Cadbury, Dairy Milk, quadruplera le volume de cacao ghanéen vendu sous le label Fairtrade, qui passera de 5 000 à 20 000 tonnes. Kuapa Kokoo a rejoint le Programme de partenariat pour le cacao de Cadbury et Fairtrade travaille avec les ONG partenaires de Cadbury afin d'organiser les producteurs des 100 communautés participantes pour qu'elles satisfassent aux normes de certification Fairtrade. L'objectif est d'utiliser les retombées du commerce équitable pour développer durablement la communauté afin que les planteurs prennent le contrôle des entreprises et de l'investissement de la communauté et qu'au final les générations plus jeunes soient tentées par un retour à la terre. Pour le mouvement Fairtrade et les bénéfices directs aux producteurs, le partenariat est aussi un tremplin pour faire passer le message Fairtrade à un public fidèle à la marque, qui martèle depuis deux ans à la fondation qu'ils "achèteraient du chocolat Fairtrade s'il avait le goût Cadbury". Désormais le partenariat avec Cadbury va s'efforcer de faire pencher la balance du commerce du côté des producteurs d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

    Pour Cadbury, collaborer avec Fairtrade est en adéquation stratégique avec son approche "dictée par des valeurs fondées sur la performance", qui est payante en termes de profits et de confiance des consommateurs. La nouvelle barre chocolatée Fairtade de Cadbury a été lancée au Royaume-Uni et en Irlande et devrait l'être en Australie, au Canada, au Japon et en Nouvelle-Zélande en 2010. L'engouement des consommateurs pour cette nouvelle barre chocolatée - qui a le même goût et coûte le même prix que l'ancienne- a dépassé toutes les espérances.



     
recherche