•  home fr
  •  

    A propos de réseaux: La fiction et la réalité

     

     
     
    © Centre du commerce international, Forum du commerce international - No. 1/2002

    Il va sans dire que, à l'ère de la mondialisation, du numérique et de la vitesse, l'efficacité d'une institution d'appui au commerce dépend de sa capacité à participer activement aux réseaux formels et informels qui l'entourent. Sans ces réseaux et les activités qui y sont liées, comme l'information et la communication, l'économie moderne n'atteindrait jamais l'ampleur actuelle et les institutions d'appui au commerce seraient radicalement différentes.

    Les attributs mêmes des institutions d'appui au commerce entraînent pour elles la nécessité de travailler en réseau, plus encore peut-être que pour tout autre type d'organisation. En dehors des relations que les entreprises nouent en général avec leurs fournisseurs, leur clientèle et d'autres acteurs du secteur d'activité, l'environnement complexe dans lequel les institutions d'appui au commerce agissent exige un réseau semblable de partenaires. Les réseaux peuvent ainsi conditionner la forme et la portée des activités d'une institution d'appui au commerce et cerner la participation d'un pays dans le tissu industriel mondial. Les institutions d'appui au commerce peuvent également influer sur les mesures macroéconomiques et les résultats de l'économie, et elles façonnent les mesures d'encouragement dont bénéficient les firmes lors de leurs opérations sur le marché. Ainsi, il est clair qu'un réseau d'appui au commerce performant peut apporter des avantages comparatifs à l'économie.

    Toutefois, le responsable de la stratégie d'exportation est confronté à une mission très ardue; en effet, encourager un réseau d'appui au commerce et maintenir son dynamisme n'est pas aisé. Il existe souvent un fossé entre la fiction et la réalité. L'adoption d'une approche globale du contexte de l'appui au commerce est une tâche qui demande du temps, des ressources, de l'autorité, une convergence d'opinions et des compétences.

    Au niveau national, de gros avantages peuvent être obtenus grâce à des efforts cohérents et suivis de la part de tous les acteurs évoluant sur la scène du commerce international. Qu'un réseau national institutionnel vise à projeter l'image du pays comme partenaire commercial, qu'il propose des services d'appui à l'industrie, qu'il améliore les possibilités commerciales internationales des PME ou qu'il crée une politique macroéconomique, les résultats peuvent être tout à fait positifs et comprendre notamment:

    • un meilleur flux des idées résultant du renforcement des capacités et améliorant les résultats;
    • de meilleures performances dues au partage des ressources, des compétences et des coûts;
    • l'élimination de la répétition, ce qui baisse les pertes et maximise l'emploi des ressources;
    • une couverture globale qui satisfait un plus grand nombre de nécessités chez les usagers;
    • une vision unifiée et commune qui réduit le risque d'embrouiller les bénéficiaires, et
    • un produit final plus crédible.


    Un réseau public ou privé?

    La question de savoir quel secteur est le mieux qualifié pour s'occuper de cette tâche ne se résume pas à déterminer le degré d'implication de la part du gouvernement; il s'agit plutôt d'une différence dans la manière de le faire, le secteur privé étant caractérisé par son dynamisme et son efficacité. Le responsable à l'exportation peut aussi envisager une approche participative, ce qui présuppose un effort conjoint de toutes les parties intéressées. Cela dépend également de nombreuses sources en ce qui concerne les initiatives et la prise de décisions, et exige de permettre l'accès au réseau d'une multitude d'institutions diverses et de mécanismes de financement. Ainsi, la gestion participative peut être le moyen de garantir que le réseau continue de servir un objectif unificateur. La direction du réseau peut être confiée à un groupe consultatif issu des secteurs public et privé ou à un comité qui définisse l'agenda, planifie l'usage coopératif des ressources partagées et favorise un climat de confiance.

    Indépendamment de l'approche choisie, une direction forte et ingénieuse est fondamentale. Le responsable de la stratégie d'exportation doit aussi sentir les mouvements dans l'économie; l'approche consultative donnera ainsi de meilleurs résultats à court terme. La copropriété est conseillée, mais doit parvenir à l'intégration des apports, la communication et une direction efficaces et flexibles. Les règles concernant les contributions et les récompenses doivent être en général définies ouvertement. Par ailleurs, il faut veiller à ne pas perdre du dynamisme en raison d'un formalisme excessif.

    L'évaluation nécessaire

    La mesure des résultats implique d'émettre des jugements sur le mérite ou la valeur d'une activité pendant et après qu'elle a eu lieu. L'évaluation doit devenir une part intégrante du processus de conception et de mise en œuvre du programme du réseau. La raison en est simple: il existe toujours de la place pour les améliorations. On peut prétendre qu'un réseau d'appui au commerce a atteint le succès lorsqu'il devient superflu, lorsque les entreprises n'ont plus besoin de ses services.

    Anton J. Said est Directeur de la Division de l'information commerciale et de la technologie de Malta External Trade Corportation Ltd. (METCO); e-mail: anton.said@metco.net Ce résumé se trouve in extenso sur le site internet du Forum exécutif.

recherche