•  home fr
  •  

    Économie créative, secteur dynamique du commerce mondial

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 3/2009

    Le Rapport sur l'économie créative 2008 des Nations Unies montre que les industries créatives sont un puissant moteur de la croissance économique et du développement du commerce dans les pays en développement. Ceci concerne l'impact économique direct dû à la vente de biens et services mais surtout l'effet multiplicateur dans d'autres secteurs via la hausse des opportunités commerciales et le renforcement de la capacité.


    Les principales conclusions du rapport appellent à une politique éclairée qui reconnaisse le champ et la diversité de l'économie créative. Cette politique appuiera le développement de données complètes et fiables sur les diverses dimensions du secteur créatif, contrebalancé par le respect des droits à la propriété intellectuelle pour garantir la protection des intérêts des artistes et des créateurs des pays en développement.  

    Aperçu du marché

    Au cours des dernières années, les échanges de biens et de services créatifs ont connu un dynamisme sans précédent. Selon la CNUCED, les exportations mondiales de produits créatifs se sont chiffrées à $E.-U. 424,4 milliards en 2005, soit 3,4 pour cent du commerce mondial, contre $E.-U. 227,4 milliards en 1996. Entre 2000 et 2005, les échanges de biens et de services créatifs ont progressé de 8,7 pour cent, tendance qui devrait se maintenir au vu des perspectives positives de la demande mondiale. En 2005, les exportations de services créatifs ont augmenté de 8,8 pour cent par an, passant de $E.-U. 38,2 milliards en 1996 à $E.-U. 89 milliards.

    Alors que les pays développés ont dominé à la fois les exportations et les importations, les pays en développement ont, année après année, augmenté leur part sur les marchés mondiaux de produits créatifs et leurs exportations ont progressé plus rapidement que celles des pays développés. Les exportations de biens créatifs des économies en développement ont représenté 29 pour cent des exportations mondiales de tels biens en 1996 contre 41 pour cent en 2005; la Chine représentait à elle seule 19 pour cent.

    L'essor des exportations de produits créatifs des pays en développement est récent. L'envol des exportations chinoises sur dix ans a été remarquable - elles sont passées de $E.-U. 18,4 milliards en 1996 à $E.-U. 61,3 milliards en 2005. Durant cette période, les exportations de biens créatifs des pays en développement ont quasiment triplé (143 pour cent), passant de $E.-U. 55,7 milliards à $E.-U. 136,2 milliards. Les économies asiatiques comptaient pour plus de trois quarts des exportations totales de biens créatifs alors qu'en Amérique latine et dans les Caraïbes, les exportations ont doublé passant d'environ $E.-U. 3,5 milliards à $E.-U. 8,6 milliards. Le niveau des exportations de cette région est resté comparativement faible attendu le potentiel de ses industries créatives. La part de l'Afrique dans les exportations mondiales reste marginale (moins de 1 pour cent) même si les exportations ont augmenté passant de $E.-U. 973 millions à $E.-U. 1,8 milliard durant la période.    

      

    Principaux facteurs de l'économie créative dans le monde

    Les principaux facteurs de la prodigieuse croissance de l'industrie créative dans le monde sont la technologie, la croissance des marchés de consommation et un resserrement des liens avec le secteur du tourisme.  

    Technologie. La convergence des technologies des télécommunications et du multimédia a conduit à l'intégration des moyens par lesquels le contenu créatif est produit, distribué et consommé, et a en retour favorisé de nouvelles formes d'expression artistique et créative. Parallèlement, la déréglementation des anciennes entreprises publiques a stimulé l'investissement dans le secteur privé. La technologie numérique a suscité une forte croissance des médias axés sur la transmission du contenu créatif aux consommateurs, tels que la vidéo à la demande, le baladeur numérique, la lecture en continu et l'offre de services de télévision par câble, satellite et Internet.  

    Croissance de la demande. Les nouvelles technologies de communication (numérique, par téléphone et Internet) ont fait naître une génération d'utilisateurs qui, loin de se contenter d'élargir leurs expériences culturelles, s'essaient également à la création. Les progrès technologiques ont également entraîné une baisse des coûts de ces produits. 

    Tourisme. La croissance mondiale du tourisme a dopé la croissance des ventes de biens et de services créatifs aux touristes. Le secteur culturel contribue également via la demande de visites concernant le patrimoine culturel, les musées, les galeries, les festivals, les spectacles de musique et de danse.

    Impact positif

    Outre son impact économique direct, l'industrie créative agit comme un catalyseur du changement positif dans les pays en développement dans les secteurs culturel et social. Ainsi, elle joue un rôle important dans tous les aspects du développement national. L'impact positif des industries créatives sur les communautés des pays en développement inclut:  

    Aspects économiques. Le commerce mondial est une composante clé de l'économie créative. La CNUCED a estimé à 8,7 pour cent par an la croissance moyenne du secteur entre 2000 et 2005.

    Aspects sociaux. Du fait de leur incidence sur l'emploi, les industries créatives ont un impact social important. Généralement, elles comptent pour 2 à 8 pour cent de la main-d'œuvre dans l'économie, dépendamment du champ du secteur considéré.

    Aspects culturels. D'un point de vue culturel, le poids des industries créatives dans la promotion de la diversité culturelle s'accentue avec l'avancement du processus de mondialisation.  

    Aspects liés au développement durable. Les industries créatives contribuent au développement durable au sens de "durabilité culturelle" qui sauvegarde tous les types de biens culturels, depuis les langues minoritaires jusqu'aux œuvres d'art, aux artefacts et aux lieux historiques. Elles sont également soucieuses de l'environnement car le principal facteur de production est le service (créativité) plutôt que les ressources naturelles.

    Obstacles à l'expansion de l'économie créative

    Alors que les industries créatives deviennent un moteur important de la croissance dans les économies émergentes, une grande majorité des pays en développement ne sont toujours pas en mesure de mettre leurs capacités créatives au service du développement. Les défis qu'ils doivent relever vont de la compréhension de la chaîne de la plus-value dans la production et la distribution de biens créatifs jusqu'à la collecte des données fiables en passant par le manque de connaissance des moyens effectifs de gouvernance de ce commerce et les problèmes pour concilier les opportunités via les technologies avec la protection de la propriété intellectuelle.

    Politique en matière d'économie créative

    Le rapport souligne que les politiques visant à encourager le développement des industries créatives dans les pays en développement doivent tenir compte du caractère intersectoriel et pluridisciplinaire de l'économie créative et de ses multiples liens et ramifications économiques, sociaux et culturels. Ces liens embrassent divers secteurs de l'économie allant des arts et de la culture au tourisme en passant par le commerce mondial, la technologie et les communications. Les politiques doivent refléter les liens entre les investissements, la technologie, l'esprit d'entreprise et le commerce. 

    L'élaboration de politiques à partir de faits se heurte actuellement à l'insuffisance de données détaillées et fiables sur les différents aspects de l'économie créative. Des progrès peuvent être réalisés dans l'évaluation de la production et des échanges de produits créatifs dans les pays en développement sur la base des sources statistiques existantes. Mais pour réaliser des progrès supplémentaires, il faudra mettre au point de nouveaux modèles pour la collecte de données qualitatives et quantitatives sur les industries créatives et leur fonctionnement dans l'économie, et aussi améliorer la qualité des méthodes actuelles de collecte de données.  

    Les efforts pour faire appliquer les régimes de propriété intellectuelle doivent garantir la prise en compte des intérêts des artistes et des créateurs des pays en développement. La propriété intellectuelle doit encourager les créateurs et les chefs d'entreprise en mettant à leur disposition un avantage économique négociable pouvant contribuer à améliorer le potentiel du secteur créatif vis-à-vis du développement.  

    Recommandations politiques

    En raison du caractère intersectoriel de l'économie créative, les politiques spécifiques au secteur créatif doivent être élaborées sur la base d'une coordination interministérielle. Les décideurs ont à disposition de nombreux instruments pour arrêter des stratégies de développement destinées aux industries créatives des pays en développement. Il faut surtout développer des infrastructures, des lois sur la concurrence et des régimes de propriété intellectuelle, parallèlement aux débats traditionnels sur la valeur intrinsèque. Plus précisément, les initiatives politiques peuvent concerner les domaines suivants:  

    • Établissement d'inventaires des atouts culturels et des industries créatives;
    • Développement et financement des PME (microfinancement, par exemple);
    • Lois sur les droits d'auteur et leur application;
    • Appui aux artistes et aux arts, à la fois directement (par des mesures financières) et indirectement (en encourageant l'aide du secteur privé);
    • Conservation du patrimoine culturel tangible et intangible;
    • Expansion des capacités numériques et des compétences.

    Elles doivent être couplées au développement de politiques plus générales incluant:  

    • Développement du marché interne et du marché d'exportation;
    • Promotion du tourisme;
    • Éducation, formation et développement des compétences;
    • Aide au secteur industriel (par exemple au moyen de mesures incitatives à l'investissement, d'avantages fiscaux, etc.).

    Il est largement admis que le paradigme du développement approprié est celui basé sur le développement durable mesuré en termes économique, culturel, social et environnemental. Via leur potentiel pluridimensionnel, les industries créatives représentent une opportunité unique pour les pays en développement. Ce potentiel ne sera pleinement réalisé que par le développement de politiques bien informées couplées à des entreprises hautement dynamiques travaillant étroitement avec les communautés créatives de chaque pays.  

    Le Rapport sur l'économie créative 2008 est la première étude présentant le point de vue des Nations Unies sur le sujet. Le rapport, auquel ont participé la CNUCED, le PNUD, l'UNESCO, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et l'ITC, met en évidence de manière empirique que les industries créatives se situent parmi les secteurs émergents les plus dynamiques du commerce mondial. Il présente les données les plus récentes sur le secteur et s'intéresse aux opportunités et aux défis à venir.

    Une version complète (en anglais) du Rapport sur l'économie créative 2008 est disponible à:http://www.unctad.org/en/docs/ditc20082cer_en.pdf  

    Résumé en français: http://www.unctad.org/fr/docs/ditc20082ceroverview_fr.pdf

    Définition des industries créatives

    Les industries créatives sont au cœur de l'économie créative. Bien qu'il n'existe pas de définition du secteur faisant autorité, la CNUCED précise que les industries créatives:

    englobent les cycles de création, de production et de distribution de biens et de services dans lesquels les facteurs de base sont la créativité et le capital intellectuel

    regroupent un ensemble d'activités fondées sur la connaissance, centrées sur l'art de manière non limitative et générant potentiellement des revenus découlant du commerce et des droits à la propriété intellectuelle

    sont composées de biens tangibles et de services intellectuels ou artistiques intangibles ayant un contenu créatif, une valeur économique et des objectifs commerciaux

    se situent à la croisée des chemins entre les arts, les services et les secteurs industriels

    représentent un nouveau secteur dynamique du commerce mondial.
























































recherche